Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

ADEPSY fait son cinéma !

Vous êtes nombreux à aimer le cinéma et vous n’avez pas toujours la possibilité d’y aller ? Manque d’argent, manque de temps, personne avec qui pouvoir débattre du film après la projection ? Pas de panique, ce mois-ci, Félicia, une étudiante en psychologie va nous parler des projections de films qu’elle co-organise à l’Institut de psychologie.

Felicia, peux-tu nous dire comment ce projet a vu le jour ?

Pour tout dire, le désir d'organiser des projections de films est lié à la période où  je faisais mes études en Roumanie et où j'allais avec des amis aux projections organisées par les étudiants en psycho de Timisoara.

La différence c'est que là-bas il n'y avait pas de discussion après le film. Nous quittions tous les lieux de la projection avec des questions auxquelles nous essayions de répondre entre nous. Ensuite, quand je suis arrivée en France et que j'ai commencé à travailler dans une médiathèque municipale, j'ai eu l'occasion d'approfondir ma passion pour les films et de mieux connaître l'histoire du cinéma. 

Ce qui m'a décidé à organiser ces projections c’est la filmographie de Catherine Chabert et de Benoît Verdon à laquelle j'ai eu accès en cours de psychopathologie de première année de licence.

Suite à cette fantastique découverte, j'ai pensé qu'il serait donc intéressant d'échanger des idées avec des enseignants et des étudiants à partir de films.

Une fois décidée, j’ai pris contact avec l’ADEpsy (association interviewée dans la newsletter de janvier),  en février 2011.
Ça tombait très bien, parce qu'ils avaient, eux aussi, depuis quelque temps, l'intention d'organiser des projections de films à la fac. Malheureusement l'organisation de ce projet a demandé plus de temps que prévu. Mais grâce à notre motivation nous avons réussi à mettre en place ce projet, un an plus tard.

Quel est le but de ce projet ?

Notre projet est d’élargir l’offre culturelle offerte par l’université, en dynamisant la vie étudiante de l'Institut et en réunissant étudiants et enseignants dans un cadre à la fois sérieux, mais aussi décontracté.

Quels ont été les premiers films projetés ?

Nous avons débuté avec le film Bronson de Nicolas Winding Refn, avec François Marty comme intervenant.
Pour exemplifier, ce dont il s'agissait de parler dans le débat c'était non seulement de la violence physique de Bronson qui fait le thème du film, mais aussi de la violence "immatérielle" (ou invisible) que nous, les gens "normaux", nous exerçons sur ceux que l'on appelle "fous" et de la violence institutionnelle.
Le 28 mars, nous avons projeté Family life, avec Valérie Aucouturier et Adrien Blanc comme intervenants. Le débat qui a suivi avait pour thème le pouvoir pathogène qu’exercent certainsmilieux  et d’un autre côté la relativité de la folie.

Comment est perçu ce projet par les autres étudiants ? 

L'enthousiasme des étudiants et des enseignants lors de la première projection nous a confortés dans l'idée de mener à bien ce projet. Nous avons pris conscience qu'il existait une forte demande pour ce type d'activité.

Y a-t-il des liens entre les films proposés ?

Nous projetons des films qui invitent à réfléchir sur les problèmes de société. Nous essayons d'avoir une palette assez large. Après tout, le film n'est qu'un prétexte pour aborder un thème. Ce qui compte, ce sont les différents regards qu'on peut avoir sur un même sujet. Dans tous les cas ce sont des films qui touchent à la psychologie clinique, sociale ou expérimentale.

Qui choisit les films ?

On le fait tous ensemble ; il peut arriver qu'un enseignant nous propose un film. Si le film proposé correspond aux critères retenus par l'association, on le projette. Nous nous inspirons également de la filmographie de Catherine Chabert et de Benoît Verdon pour établir notre propre liste.

Et où est-ce que ça se passe, est-ce que ces projections sont ouvertes à tout le monde?

Les projections ont lieu une fois par mois à l'Institut de Psychologie Henri Piéron.
Elles s'adressent premièrement aux étudiants de l'Institut, mais aussi à tout étudiant et  tout professionnel qui souhaite venir partager ses réflexions avec nous.

Qui sont vos partenaires ?

Nos partenaires sont d’un côté l’Institut, qui met à notre disposition ses amphithéâtres et d’un autre côté l’organisme Vidéosphère, qui nous loue les films et que nous recommandons vivement pour la qualité de son fonds. 

Et puis, bien sûr, il y a tous les enseignants et les étudiants qui soutiennent et participent à ce projet. Nous remercions vivement toutes ces personnes et organismes !

 Natacha SZEPS