Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Etudiants du monde

Ce mois-ci « Etudiants du Monde » vous propose de suivre le parcours de Khalilou, un étudiant sénégalais, inscrit en première année de droit à l’université Gaston Bergé au sein de la ville de Saint-Louis.

Une organisation des études similaire à la France

Khalilou est un étudiant sénégalais, inscrit en première année de droit à l’université Gaston Bergé au sein de la ville de Saint-Louis.Le système universitaire appliqué au Sénégal correspond à notre L, M, D et l’année débute, comme en France à la mi-octobre.  Khalilou souhaite poursuivre ses études « jusqu’ au Master 2 » afin de travailler par la suite « dans les plus hautes institutions internationales ».

Les matières étudiées sont  les mêmes : l’histoire du droit, le droit constitutionnel, l’anglais… Auxquelles s’ ajoute le sport  qui fait partie des disciplines obligatoires (alors qu’elle reste facultative en France).

Envie d’ailleurs 

Malgré le système très ressemblant, Khalilou nous confie que le niveau est très faible au Sénégal,  et qu’il aimerait poursuivre ses études en France afin d’en améliorer la qualité. A cet effet, il a entamé une procédure auprès de l’agence CampusFrance.

Les perturbations politiques

« L’espoir du Sénégal » Macky Sall, a remplacé, le mois dernier, le président sortant Abdoulaye Wade qui était à la tête du pays depuis 12ans. Ces élections ont affectés l’ensemble du pays et particulièrement  la vie étudiante.Depuis son entrée à la fac, Khalilou n’a eu que « 25 jours de cours » à cause « des grèves incessantes ».   Les professeurs se retrouvent « démunis face à un pouvoir politique incapable de résoudre ces problèmes».

Il ne s’intéresse pas et ne participe pas directement aux manifestations politiques, mais se tient informé des dernières nouvelles. Ce détachement relatif de la vie politique  est dû à son attachement important pour ses études :  il consacre son temps libre à étudier car il veut « réussir par ses études ». 

Espoir pour le futur

Il attend du résultat de ces élections « une reprise immédiate des cours » et espère que le nouveau président « respectera ses engagements dans tous les domaines » afin de pouvoir faire du Sénégal un « Etat émergent développé ».  Cela reste tout même « un défi à relever car aucun  secteur ne fonctionne bien».

 

Zafiirah Mahamudally