Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Tara Océan, journal d’une scientifique.

Tara Océan, journal d’une scientifique.

Il y a neuf ans, Tara Expéditions commençait des missions scientifiques avec la goélette d’exploration Tara afin de mieux comprendre l’impact du réchauffement climatique sur les écosystèmes. Sophie Nicaud, Docteur en interactions moléculaires plante-microorganisme était alors communicante scientifique au Génoscope d’Evry. Très intriguée par cette expédition, elle embarque à bord de la goélette et livre son expérience dans son roman Tara Océan, journal d’une scientifique.

Sophie Nicaud au sein de la mission Tara Océan

Aux débuts de Tara Expéditions, Sophie appartenait à une équipe du Génoscope d’Evry, centre impliqué dans le projet. Les recherches qui y sont menées dans le cadre de la mission s’inscrivent dans le domaine de la génomique environnementale, en étudiant toute la population de gènes présente dans les échantillons et en caractérisant par la suite l’activité métabolique des différentes espèces. Le calibrage étant fait, la méthode bientôt validée par une publication, Patrick Wincker, en charge du projet au sein du Génoscope, se donne trois ans pour tout séquencer.

Curieuse, elle se demande comment tous les échantillons qui arrivent au Génoscope sont obtenus. Bien décidée à découvrir comment ça se passe au niveau du premier maillon de la chaine, elle embarque pour une durée de cinq semaines. Quelles étaient ses missions sur la goélette? “Je me suis remise à faire des manips!” dit-elle. Une façon bien exotique de maniper, n’oubliez pas que les scientifiques sont sur un bateau! Il s’agit de faire l’échantillonnage après la pêche. Cela se fait en deux temps : la filtration puis la fixation des acides nucléiques, ADN et ARN, qui seront analysés. La fixation permet de ne pas avoir à passer par la culture qui nécessite de connaître précisément l’écosystème de l’espèce, autrement dit les conditions pour que l’organisme se développe, ce qui peut prendre du temps ! Les mots d’ordre sont « organisation » et « traçabilité ». En effet, vingt-deux laboratoires à l’échelle mondiale sont impliqués, au total une centaine de scientifiques de nombreuses disciplines se succèdent à bord du bateau et près de 27 000 échantillons biologiques et physico-chimiques ont été produits !

Son but, en tant que communicante scientifique, est de valoriser le projet, en le faisant connaître. Elle souhaite aussi faire voir les chercheurs autrement et, peut-être, attirer de nouvelles vocations en s’adressant à un public de collégiens et lycéens dans Tara Océan, journal d’une scientifique. Elle peint notamment le portrait d’une Recherche en pleine révolution avec un décloisonnement des disciplines, qui nécessite pour se comprendre d’adapter son vocabulaire et de s’adapter aux différentes approches scientifiques. Sophie Nicaud a, pour son roman, gagné le prix « Le goût des sciences » dans la catégorie « La science expliquée aux jeunes ». Ce prix, créé en 2009 par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre de la Fête de la Science, récompense les initiatives de vulgarisation scientifique.

Elle travaille désormais au sein de l’Institut de Biologie Environnementale et Biotechnologie du centre CEA de Cadarache et ne manque pas de projets ! Toujours dans une visée de sensibilisation du jeune public aux questions de l’environnement, elle aimerait participer aux éditions Minipommes, dont les livres sont issus d’échanges entre un chercheur et une classe de CM2. En partageant son savoir sur les microalgues, qui seront la base des biocarburants de troisième génération dans quelques années, elle compte sensibiliser ces enfants qui seront alors en âge de passer leur permis… Un investissement sur le futur en quelques sortes !

Tara Océan

Crédit photographique :  © Istockphotos

Image d’une efflorescence (bloom) de phytoplancton.

Le phytoplancton est étudié depuis l’espace via les satellites car la présence de phytoplancton (qui contient de la chlorophylle) dans l’océan en modifie la couleur. Selon la couleur les images des satellites permettent de déterminer l’espèce ainsi que sa concentration.

La mission Tara Océan

L’objectif de la mission Tara Ocean est d’effectuer une étude globale du plancton marin, car nous n’en connaissons qu’une infime partie… Pour commencer, savez-vous ce qu’est le plancton ? Le terme vient du Grec « qui se laisse porter par le courant ». Large définition n’est-ce pas ? En effet, cela englobe nombre d’espèces différentes, du virus de quelques nanomètres à des méduses se mesurant en mètres ! Il est donc question d’explorer ces espèces, avec pour but de répondre aux questions « qui est là ? » et « qui fait quoi ? ». Il s’agit de mieux comprendre les écosystèmes en explorant les interactions des espèces entre elles et avec leur environnement.

Les analyses des données auront de nombreuses applications, particulièrement dans le cadre de la climatologie : les scientifiques ont mis en évidence l’importance du plancton végétal (ou phyloplancton) pour le climat. C’est en effet un organisme photosynthétique, qui transforme le CO2 dissous dans l’eau en O2 et en matière organique grâce à l’énergie fournie par la lumière. Les populations de planctons sont donc très rapidement affectées par les variations du climat, et l’influencent en retour, en modifiant l’absorption de carbone. Il est donc important de comprendre et prédire l’évolution de ces écosystèmes particuliers.

Il y a aussi des applications dans le domaine de la santé ! Les séquençages ont permis de mettre en évidence l’existence de gènes inconnus, qui produisent donc potentiellement des protéines qu’il faudra caractériser. Les criblages enzymatiques pourront notamment permettre de découvrir de nouveaux principes actifs !

Pour plus de détails, je vous encourage à visiter  le site du projet , ou même à vous rendre au pont Alexandre III pour visiter la goélette où se tient l’exposition « Tara expéditions, à la découverte d’un nouveau monde : l’océan » jusqu’au 27 Janvier! Vous pourrez découvrir des images et des films intriguant et discuter avec les membres de la mission des résultats, des perspectives, de l’environnement… de quoi éveiller votre curiosité !

Clara Levinson