Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

La femme en Inde au XXIe siècle.

 

Delhi, 29 décembre 2012,  une jeune étudiante, surnommée depuis « daughter of india » décède suite à un viol collectif et aux graves violences dont elle a été victime. Cette tragédie, largement relayée sur la scène internationale, a marqué l’opinion publique et a provoqué des manifestations sans précédent suite au décès de la victime. Pour autant, il ne s’agit pas d’un cas isolé, dans un pays où le nombre de femmes est inférieur au nombre d’hommes et où le silence prime sur les conditions et la place de la femme au sein de la société.

« De Mother India »…

Il existe un véritable paradoxe entre la représentation de la femme en Inde et la réalité de la condition féminine. D’une manière générale les femmes devraient être valorisées du fait que l’on trouve des incarnations féminines dans de nombreux mythes de la culture hindoue. Le territoire indien est même personnifié par une femme surnommée « Mother India », vêtue d’un sari qui tient le drapeau indien et accompagné par un lion. Celle-ci est garante de la paix et de l’unité sur le territoire indien. Cette représentation de la femme, très présente dans l’hindouisme, a été exploitée par plusieurs femmes politiques comme Indira Gandhi qui se comparait à la déesse Durga pour justifier sa place au pouvoir.

… à « daughter of india »

Dans les faits, la condition féminine en Inde au 21e siècle reste très problématique. Le régime démocratique a tenté de faire évoluer les choses et on trouve aujourd’hui des femmes en politique, des femmes entrepreneuses, des actrices mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. En pratique, la dot officiellement abolie en 1961, reste en vigueur dans les coutumes ; celle-ci est responsable des infanticides de filles et des avortements sélectifs. Résultat : l’Inde compte une carence d’une soixantaine de millions de femmes. Ce phénomène touche d’autres pays asiatiques, notamment la Chine. Les violences et les injustices à l’encontre des femmes persistent encore, le cas de la victime du 29 décembre n’en est qu’un parmi d’autres. Violences pour dot insuffisante, femmes  agressées, violées et parfois brûlées vives sont des faits divers courant dans la société indienne.

Vers une évolution des mœurs ?

Suite à cette agression de nombreuses manifestations ont eu lieu pour exprimer la colère de la population face à ces violences inexplicables. Les réactions face à ce drame nourrissent des espoirs pour une amélioration des conditions des femmes en Inde. En effet, le gouvernement actuel a décidé de prendre des mesures plus fermes à l’encontre des agresseurs et envisagerait même de recourir à la peine de mort dans les cas les plus graves. Par ailleurs, un éventuel projet de loi visant à améliorer les conditions de vie des femmes (notamment en facilitant les procédures pour porter plainte contre les agresseurs et éviter que les autorités ferment les yeux sur les violences dont elles sont victimes) est en discussion. L’essentiel est de sensibiliser l’ensemble de la population, ce qui reste un enjeu primordial. De nombreux artistes et associations se battent vigoureusement pour essayer de changer les mœurs afin que plus aucune jeune femme ne connaisse le même sort.

Gagandip Cheema