Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Des stages hier pour demain

La fin de l’année et les vacances de Noël approchent. Quand certains étudiants prévoient des vacances en famille, d’autres y voient l’occasion rêvée de préparer un futur stage en entreprise. Mais ce projet est-il si facilement réalisable ?

Vouloir faire un stage, c’est bien… pouvoir le faire, c’est mieux ! Voilà une phrase qui pourrait traduire les impressions de nombreux étudiants. En effet, il ne suffit pas de vouloir faire un stage mais plutôt de se trouver dans de bonnes conditions pour le faire. Entre les problèmes liés à la gestion des emplois du temps (universitaire et professionnel pour certains) et les difficultés liées aux recrutements des stagiaires dans les entreprises, l’étudiant novice a de quoi être déconcerté.  

Pour Marion, titulaire d’un master en commerce international, la difficulté était de « pouvoir trouver un stage qui n’était pas à temps plein. « Pour les étudiants, comme moi, qui travaillent à temps partiel pour payer leur loyer c’est presque une mission impossible… Résultat : je n’ai jamais réussi à trouver un stage alors que j’en avais vraiment besoin. Comment effectuer un stage à temps plein avec un salaire largement inférieur à celui que je touchais pour un contrat de 25h à temps partiel ? Le calcul était vite fait : je ne pouvais pas me permettre de quitter mon travail... ».

C’est un des principaux problèmes que peuvent rencontrer les étudiants qui travaillent pour payer leur logement : le salaire d’un stagiaire est moins élevé que celui d’une personne en CDI ou CDD. Pis, selon le code du travail, un stage n’est rémunéré que « lorsque sa durée au sein d’une même entreprise est supérieure à deux mois consécutifs » ce qui est fort handicapant pour un grand nombre d’étudiants.

Autre problème de taille : le nombre de demandeurs… Le marché des stages ressemble au marché du travail : il est de plus en plus encombré car la demande est très forte et les places peu nombreuses. Pour Sandra, élève en 3ème année de licence en science du langage « le tout est d’aller de l’avant ! Il ne faut pas avoir peur du refus. Si les trois premières demandes de stages ont échoué, la quatrième sera peut-être la bonne. Il ne faut surtout pas se dire que c’est perdu d’avance car j’ai réussi à faire de nombreux stages en acceptant d’essuyer énormément de refus ».

Le stage est une ligne majeure à apporter sur son cv. Il convient donc de mettre toutes les chances de son côté pour réussir au mieux cette étape de la vie étudiante et professionnelle. Afin de vous aider, sachez que le Service d’Orientation et d’Insertion Professionnel (SOFIP) de l’Université Paris Descartes peut vous aider dans toutes vos démarches de recherche.

Si vous souhaitez entrer en contact avec les membres du SOFIP, cliquez sur le lien suivant .

Et sinon vous, vous faites quoi pendant les vacances ?

Valentin Couanet