Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Carpe Diem

Expression latine qui signifie « cueille le jour », Carpe Diem est l’adage des opportunistes et des audacieux, elle nous incite à saisir les opportunités du moment, quelqu’en soit les conséquences, en oubliant la peur et les hésitations. Pourtant répété « Carpe Diem » ne suffit pas aujourd’hui à rassurer les jeunes qui ne savent plus quelles voies choisir, entre un marché du travail en baisse, des études sans garantie d’emploi… Pour répondre à ce problème, l’association « Carpe Diem », en partenariat avec les Missions Locales d’Ile de France (Aide à l’emploi pour les jeunes de moins de 25 ans), propose une solution.

Nous nous  sommes donc rendus sur place pour rencontrer Valerie Ballonad, psychologue et membre de l’équipe.

En quoi consiste le programme de Carpe Diem ?

VB : Notre activité concerne l’insertion des personnes en difficulté : jeunes et adultes. Concernant les jeunes nous proposons un bilan de compétences permettant de donner du sens au parcours professionnel : qu’a-t-on fait, pourquoi, ou cela mène, ou veut-on aller, comment y aller ?

Quel type de profil est concerné par votre programme ?

VB : Les personnes ayant eu un parcours de vie, ayant pris du recul, compris leurs erreurs et désirant avancer en ayant tiré des leçons de ces erreurs.

Quels sont les problèmes et les attentes récurrents des participants au programme et quelles solutions apportez-vous ?

VB : Beaucoup espèrent que les tests vont définir un métier de manière magique et qu’ils n’auront plus qu’à suivre le mode d’emploi. Personnellement,  j’utilise pas mal d’outils d’auto évaluation et j’amène les personnes à donner leur avis (sur le vif) sur les résultats qu’elles obtiennent. Concernant les tests cognitifs je les fais passer très vite mais ne donne pas les résultats tant que la personne ne s’est pas positionnée sur un ou deux projets professionnels. Ces tests permettent de vérifier ce sur quoi les personnes devront faire attention, se remettre à niveau ou ce sur quoi elles auront de l’aisance. Les tests utilisés de cette manière reprennent leur place d’outils et ne sont plus le seul critère de choix, ni des facteurs de frustrations. Lorsque le choix professionnel est fait ces résultats permettent de soutenir et accompagner la définition de parcours à mettre en place pour réaliser son projet.

Que pensez vous de l'orientation déterminée à partir du test de Q.I  ?

VB : Cela n’a pas vraiment de sens car il faut pouvoir développer toutes ses aptitudes. Certaines personnes ont des blocages qu’il est possible de surpasser en abordant les difficultés d’une manière différente. Avoir un QI très élevé oblige-t-il à être scientifique ou artiste ? Que serait l’œuvre de De Vinci si son QI avait été évalué ?

Vous pratiquer  les tests cognitifs, en quoi diffèrent t ils d'un test que Q.I ?  Est ce un repère ou une limite ?

VB : Les tests cognitifs permettent de vérifier des aptitudes. Ce sont des éclairages particuliers sur les capacités individuelles. Ils peuvent servir à calculer un Q.I, mais dans mon métier le Q.I n’a guère d’intérêt, il nous faut aider à faire avancer les personnes et non les brider avec des évaluations globales. Il s’agit donc d’un repère avec des différenciations par item permettant d’évaluer des points forts et des points faibles.

Comment Carpe Diem arrive t’elle à orienter les jeunes sans choisir à leur place et leur ouvrir plus de possibilités sans pour autant les amener à se disperser ?

VB : Il faut savoir attendre que les personnes soient capables de faire un choix. Aider à relever les contradictions, les freins, les fausses raisons… et les laisser prendre leur décision. Souvent nous partons simplement du désir des personnes, leurs intérêts professionnels, leur vision du poste idéal et nous analysons avec eux ce qui les empêche de prendre une décision : métiers difficiles, études trop longues, profil trop éloigné, représentation déformée de la réalité, … puis point par point nous analysons ces obstacles, sont ils avérés, surmontables, déplacés, … Il s’agit de ne plus se voiler la face et accepter les risques de ces choix.

Quelles améliorations pourraient être apportées à l'orientation en France ?

VB : Il est difficile de répondre à cette question : orienter des personnes qui n’ont qu’une vague idée, voire aucune, du monde du travail est très difficile. Il est question de mettre sur la voie et de s’autoriser un changement de cap … Demander à des enfants (en 3ème) de choisir une voie professionnelle en fonction de notes n’est sans doute pas la meilleure solution, mais les pressions sont fortes. Par ailleurs, la peur du redoublement amène les personnes à faire des choix plus par défaut que par envie. Il faut s’autoriser le droit à l’erreur, s’autoriser du recul. Les parcours intéressants sont ceux des personnes qui sont passées par des études techniques (type CAP, BEP) et ont eu comme un déclic, sont allées vers un bac, puis ont continué. C’est la raison pour laquelle sans doute l’Education Nationale a redéfini les Bac professionnels en imposant de passer le BEP en 1ère. Ce type de parcours permet d’avoir très vite accès à une qualification.

Qu'est ce qui bloque les jeunes dans leurs recherches d'orientation de manière générale?

VB : Les idées reçues, … l’envie de faire plaisir à leur entourage, la peur de ne pas être à la hauteur, la crise, le chômage, … et leurs capacités à réussir.

Face aux problèmes d'emploi en France, recommandez vous de partir à l'étranger ?

VB : Nous recommandons de multiplier les expériences professionnelles. Tout le monde n’est pas taillé pour le challenge ou pour travailler à l’étranger. Ça doit être avant tout une envie et un challenge personnel. L’important c’est ce que la personne va tirer de cette expérience.

Finalement le travail taillé sur mesure existe il ?

VB : D’une certaine manière oui, chacun d’entre nous met sa personnalité et son histoire au service de son travail, et imprègne donc son poste de son univers personnel.

Et le travail parfait ?

VB : Sans doute, le travail parfait est celui dans lequel on se sent à sa place.

 

Plus d'infos

Yohan Saksik