Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Le sport et la blessure

Ce mois-ci les Petits Papiers de Descartes se penchent sur le problème des blessures liées à la pratique d’une activité sportive. En effet une grande partie des sportifs, quelle que soit leur discipline, reconnait s’être blessée au moins une fois en pratiquant leur activité.

La pratique régulière d’une activité physique ou sportive est souvent génératrice d’accidents. Dans certains cas, l’accident occasionne un arrêt de cette activité. Parfois la blessure touche d’autres sphères sortant du cadre de l’entrainement sportif et oblige à la mise en repos et à l’arrêt d’une activité professionnelle et/ou scolaire, à cause d’une indisposition physique provenant d’une blessure trop grave. Le Ministère des Sports, sous la précédente législature, avait commandé une enquête sur l’exposition des sportifs aux différentes blessures en fonction de trois critères : l’âge, le sexe et la catégorie socio-professionnelle.

Cette enquête, menée en 2010 par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 8510 personnes, donne les résultats suivants :

Tableau : Répartition des pratiquants accidentés selon leur sexe leur âge et la gravité de leur accident.

le sport et la blessure

En premier lieu on souligne le fait que ce sont bien les plus jeunes (15 – 29 ans) qui sont le plus exposés aux accidents.

D’autre part, cet écart entre les taux d’accidents entre les deux genres pourrait s’expliquer par le choix de la pratique sportive qui varie en fonction du sexe. On constate que la prise de risque et la compétition sont plus recherchées par les hommes que par les femmes. Cependant on observe que le taux d’accidents graves est le même quel que soit le genre (aux alentours de 30%). Mais dans le cas d’une blessure, les femmes consultent plus souvent un médecin que leurs homologues masculins (dans 8 cas sur 10 pour les femmes et 7 cas sur 10 pour les hommes).

La suite de cette étude nous démontre qu’il existe un lien fort entre les motivations de la pratique sportive et la prise de risque engendrant l’accident. Les sportifs qui ont pour objectifs : la gagne (la compétition, la performance), le risque ou l’amélioration de leurs performances sont les plus exposés à des blessures. En revanche, les sportifs adeptes d’une pratique de confort (entretien physique, santé, amusement) sont les moins exposés.

Cette enquête met en évidence que l’âge et le sexe des sportifs conditionnent en grande partie leurs chances de se blesser. Les hommes sont en recherche du dépassement de soi et de l’esprit de  compétition qui sont des facteurs favorisant la prise de risque (à l’entrainement ou lors de rencontres sportives). Les femmes présentent un taux plus faible de blessures graves car elles participent la plupart du temps à une activité sportive pour son aspect ludique et diminuent ainsi leur exposition aux risques de blessures.

Mallory Simson