Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Ondes cérébrales et états de conscience

Ce mois ci la rédaction des Petits Papiers vous propose d’en savoir un peu plus sur les ondes cérébrales et les états modifiés de conscience.

En 2001, Corine Sombrun, reporter pour la BBC, se rend en Mongolie pour réaliser un reportage sur le chamanisme. Lors d’une cérémonie à laquelle elle assiste, le chaman sort son tambour et se met à jouer, de plus en plus vite, jusqu’à ce qu’advienne quelque chose à laquelle Corine ne s’attendait pas : elle entre en transe. Elle sent son nez se transformer en truffe et ses mains en pattes, elle se sent devenir loup. Une fois la cérémonie achevée, le chaman s’approche d’elle, l’air en colère, et lui demande : « Pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu étais chamane ? ». Corine lui dit qu’il y a erreur, qu’elle est là pour réaliser un reportage, rien de plus. Loin de se contenter de cette explication, le chaman lui fait savoir que les esprits ont décidé pour elle : elle deviendra chamane, sinon une série de malheur s’abattra sur elle pour ne pas avoir embrassé son destin. Après quelques hésitations, Corine Sombrun trouve un accord avec le chaman pour suivre une formation qui lui donnera, au terme de plusieurs années, le titre de « femme chamane ».

De retour en France, Corine a pour ambition de faire porter un regard scientifique sur la transe, et s’adresse donc au docteur Pierre Flor-Henry, psychiatre à l’hôpital d’Edmonton, au Canada. Celui-ci réalise des électroencéphalogrammes sur le cerveau de Corine en état de transe et parvient à la conclusion que les résultats de l’activité cérébrale de Corine en transe sont très similaires à ceux de groupes contrôles souffrant respectivement de schizophrénie, de troubles maniaques et de dépression, à la différence près que Corine réunit les trois symptômes durant la transe.

      Quelles conclusions peut-on tirer de ce témoignage ?

 Principalement que certains facteurs extérieurs, ici le son du tambour, peuvent affecter le rythme de nos ondes cérébrales, donc notre état de conscience. Les neuroscientifiques ont découvert que c’est généralement un effet de résonance qui est en cause, les ondes du cerveau ayant tendance à se caler sur le rythme que ce dernier perçoit. Le battement régulier du tambour, de même que le chant grégorien ou des activités physiques rythmées comme la marche, peuvent procurer cet effet.

D’un point de vue technique, il s’agit de comprendre que l’activité neuronale de notre cerveau est transmise par l’influx nerveux. Cette activité électrique du cerveau peut être enregistrée grâce à l’EEG (électroencéphalogramme), qui consiste à placer sur le cuir chevelu des électrodes reliées à un appareil qui enregistre les pulsations électriques du cerveau, pulsations traduites en formes d’ondes sur un tracé. La fréquence des pulsations (nombres d’ondulations par seconde mesuré en Hertz (Hz)) correspond à l’activité cérébrale en cours.

      Forts de ce constat, des neuroscientifiques ont établi une classification des ondes cérébrales, allant de l’état d’éveil à la méditation profonde.

 

Classification des ondes cérébrales :

 

  • Ondes gamma : 65 Hz à 25 Hz, activité mentale intense et synchronisée, apprentissage, création.
  • Ondes bêta : 13 Hz à 25 Hz, correspondent à l’éveil et à l’activité courante.
  • Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, représentent la relaxation légère et de l’éveil calme.
  • Ondes thêta : de 4 à 8 Hz, correspondent à la relaxation profonde, de méditation profonde.
  • Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, celles du sommeil profond, sans rêve. Perte de la notion du temps.

Par conséquent, force est de constater que chacun d’entre nous fait quotidiennement l’expérience d’au moins trois états de conscience différents dans une même journée ; le soir juste avant de s’endormir, quand le mental se relâche et que l’esprit repose dans un état proche du rêve (ondes thêta), d’autre part l’état de sommeil profond (ondes delta) et enfin la conscience ordinaire qui correspond à l’éveil et à l’activité courante (ondes bêta). Il est notable que ces états de conscience ne sont induits par aucun facteur extérieur, mais par le cerveau lui-même, contrairement aux cas de transes chamaniques provoquées par le son du tambour ou par des substances hallucinogènes.

Désormais, la technologie moderne permet d’atteindre ces états non ordinaires de conscience au moyen de pulsations sonores émises directement dans les oreilles, permettant d’accélérer ou de ralentir les ondes cérébrales en fonction du résultat recherché. Par exemple, afin d’améliorer la qualité de détente et favoriser le sommeil, on incite le cerveau à ralentir le rythme de ses ondes, qui pourrait graduellement passer de 14 à 4 Hz.

C’est ce que propose notamment la société Hemi-Sync, créée dans les années 2000 par Robert Monroe, riche homme d’affaire ingénieur du son tourné vers la parapsychologie, qui décida de créer des audio-guides comprenant des ondes alpha, thêta ou delta destinés à induire des états de conscience particuliers, comme la méditation. Un de ses CD propose d’améliorer les fonctions cérébrales, la circulation sanguine ainsi que l’activité électrique du corps ; un autre de favoriser l’élimination des addictions.

Bien que les états modifiés de conscience souffrent encore généralement d’une mauvaise réputation en Occident, de plus en plus de personnes ont la possibilité d’enrichir leur vie en ayant accès à d’autres états de conscience de manière relativement simple. Les neuroscientifiques multiplient les recherches dans ce domaine, et l’adoption au sein de certains établissements de santé de techniques telles que la méditation et l’hypnose témoigne de l’intérêt grandissant du monde médical pour les états non ordinaires de conscience.

 

Alexandra Pech