Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

F*ck le sexisme : campagne vulgaire ou ingénieuse ?

La semaine du 20 octobre 2014, les réseaux sociaux ont été envahis par une nouvelle campagne publicitaire qui a fait le tour du monde. Représentant 6 filles âgées entre 6 et 13 ans, jurant sans cesse et tenant un discours anti-sexisme, elle a été visionnée des millions de fois sur différents sites. Cette campagne a été et reste encore le centre d'intérêt de différents médias. Pourquoi a-t-elle autant fait parler d'elle ?

Pour mieux représenter ces réactions, j'ai décidé de faire un sondage auprès de 48 personnes, d'âge (entre 17 et 35 ans), de milieux et de sexes différents. Je leur ai fait visionner la vidéo qui dure environ 2 minutes 30 et leur ai demandé de me communiquer les trois premiers mots qui leur venaient à l'esprit.

 

 

Graphique Gloir Massamba - fev 2015

 

Comme on peut le voir sur le graphique, à 29,86% c'est le domaine de la vulgarité qui domine. Avec des mots tels que grossièreté, ridicule, vulgaire, inapproprié. Suivi de près par le domaine de la lutte  à 21,53% avec des termes comme égalité Homme-Femme, droits des femmes, engagée, rebelle, militante. Tout comme je l'avais constaté  sur les commentaires associés à la vidéo de la page Facebook  de FCKH8 les gens sont davantage choqués par le langage utilisé que par la réalité et les chiffres qu’elle énonce. En effet, outre leur accoutrement et la vulgarité des propos, un conflit actuel est dénoncé: l'inégalité Homme Femme autant dans le milieu scolaire que dans le milieu professionnel.

Cette publicité destinée à l'origine à la vente de t-shirts à été présentée comme une véritable campagne en faveur des féministes. En effet, FCKH8 à prononcer «fuck hate » (en français merde à la haine)  est une boutique de t-shirts en ligne fondée en 2010 par Luke Montgomery, activiste gay. Cette marque qui finance des associations lutte contre le racisme, pour l'égalité des sexes et la défense des droits des LGBT (lesbiennes, gays, bi et transsexuels). FCKH8.com s'est spécialisée dans la création de vêtements et d'accessoires estampillés d'un slogan fort.

Voulant constamment marquer les esprits, ils proposent différentes vidéos promotionnelles, fonctionnant pour la plupart sur le même système : un message sociétal progressiste délivré sur un ton arrogant et obscène. N'étant pourtant pas la première vidéo choc qu'ils ont créée, pourquoi celle-ci s'est tant démarquée ? «Qu'est ce qui est le plus choquant ? Le mot "fuck" dans la bouche d'une fillette ou la "putain" d'inégalité entre les sexes ? », comme l'indique l'une des fillettes.

Quelques extraits traduits de la vidéo

« Je suis une PUTAIN de jolie princesse en détresse. J’ai du PUTAIN de pouvoir et je suis sur le chemin du succès. Qu’est-ce qui vous paraît le plus choquant? Une petite fille qui dit FUCK ou ce PUTAIN de sort inégal et sexiste que la société réserve aux filles et aux femmes? C’est notre futur. »

 « Je ne suis pas une "putain" de princesse sans défense et désespérée. J'ai un foutu pouvoir et je suis prête à réussir. »

 « C'est notre avenir. Alors les adultes, écoutez bien ces mots encore plus "merdiques" que "putain". Inégalités des salaires. Les femmes gagnent 20% de moins que les hommes pour le même "putain" de travail. Est-ce que je devrais avoir un pénis pour être payée normalement ? »

 « Viol et violence : les "putains" de faits et chiffres. Une femme sur 5 sera agressée sexuellement, violée par un homme. »

 « La beauté, c'est un compliment mais ça pose problème. La société impose aux filles d'être des corps. Leurs seins et leurs fesses sont-elles plus importants que leur cerveau ? Mes aspirations dans la vie ne devraient pas être réduites à la forme de mon "cul". Arrêtez de vous concentrer sur mon apparence et donnez-moi un livre. »

Le mot de la fin revient à un garçon déguisé en princesse : « Mon frère, quand tu dis à un mec qu'il agit comme une fille c'est parce que tu penses que c'est nul d'être une fille. »

 

Gloire Massamba