Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

L'intégration des étudiants dans les facultés.

Chaque année, près de 700.000 étudiants entrent en faculté ou en première année d’étude post-bac. Ces nouveaux étudiants doivent alors s’adapter aux nouvelles techniques de travail. Ainsi donc, entre septembre et octobre, nous avons vu différents week-ends d’intégration (WEI) et soirées d’intégration se développer. Néanmoins, ces soirées peuvent êtres source de débordements de la part des ainés. Ces soirées sont-elles réellement utiles ?

Des étudiants pas forcément mécontents.

Les lieux des soirées étudiantes sont souvent gardés secret. C’est d’ailleurs ce qui attire certains étudiants. D’après une étude que nous avons menée, quelques étudiants estiment que le lieu importe peu, tant que la joie et la bonne humeur sont de rigueur. Pour certains, ce fut dans un camping, pour d’autres dans des hôtels, pour d’autres encore dans des gîtes.

La majeure partie de ces étudiants estime que ces WEI ne leurs ont pas servi à créer des liens avec leurs ainés, mais à renforcer l’entraide, la solidarité et les liens entre étudiants de la même promotion. Ils leurs ont cependant permis d’obtenir des conseils sur les techniques de travail à appliquer à domicile.

Cependant, il faut savoir que toutes les facs et toutes les classes prépas ne font pas de WEI ou de soirée. D’après A. Le Mage, étudiant en médecine à Pierre et Marie Curie, leur intégration se résumait à résoudre une équation pour trouver la concentration en glucose du plasma, autant dire que ce n’est pas le mieux pour se faire des amis. Même s’ils se sentent un peu déçus de ne pas avoir participé à ce genre de projet, ils pensent néanmoins qu’il n’ont pas perdu de temps ou d’argent inutilement. Car oui, les week-endw d’intégration et Soirées sont payants et, d’après notre sondage, le rapport qualité-prix n’était pas toujours présent.

Malgré cela, de manière générale, les nouveaux étudiants sont heureux d’avoir participé à un WEI ou une soirée d’intégration et se disent prêt à renouveler l’expérience…

Un week-end difficile à organiser ?

Vous vous trompez ! En effet, nous avons rencontré Joanna Delvallet, étudiante en L2 et présidente du BDEM-Imperium, et Pierre-Alexis Fénelon, étudiant en L2 et membre de Community, associations organisatrices du week-end et des soirées d’intégration de la Faculté de Droit de Paris Descartes. Elles ont accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Pourquoi avez-vous décidé d’organiser un week-end et une soirée d’intégration de la faculté de Droit ?

Community : Les deux ont le même objectif, rapprocher les étudiants, surtout les nouveaux. Si nous avons choisi d’organiser les deux c’est parce que tout le monde ne peut pas se rendre disponible un week-end entier. L’avantage du week-end est de laisser plus de temps aux  étudiants pour apprendre à se connaitre, se rencontrer et créer des liens ; et, la soirée d’intégration, en plus d’être une simple soirée pour les étudiants, permet aussi à ceux qui ont fait le WEI de se retrouver à nouveau et de continuer à se retrouver dans la bonne humeur et l’ambiance.

BDEM : Le WEI n’existait pas jusqu’à cette année alors que c’est quand même un passage important pour les étudiants. Nous avons décidé de l’organiser cette année en collaboration avec une autre association ainsi que la soirée d’intégration pour solidariser encore plus les nouveaux étudiants.

Estimez-vous que ce soit une tâche difficile ?

B : Nous allons dire que cela a été plus formateur que difficile. C’était compliqué à organiser mais nous nous y sommes pris cet été et le plus gros était fait avant septembre. C’est toujours compliqué quel que soit l’évènement organisé mais à deux associations c’était plus facile, cela nous a enlevé un poids.

Comment avez-vous choisi les lieux?

B : Pour le week-end d’intégration, nous avons consulté plusieurs agences et nous avons fait notre choix en fonction du prix et de la qualité de ce que l’on nous proposait, sachant que ce n’était pas facile étant donné que nous nous y sommes pris assez tard par rapport au format habituel. Le choix du camping a été fait par rapport aux propositions qui nous ont été faites par les différentes agences. C’était la meilleure proposition que nous ayons reçue. Nous ne voulions pas faire un tarif trop élevé étant donné que c’était le premier que nous organisions à la faculté. Nous avons pris ce qui nous semblait présenter le meilleur rapport qualité-prix. Ainsi cela a eu lieu en Auvergne, certes un peu loin de la capitale, mais le pack proposé était le plus adapté. Pour la soirée d’intégration, la privatisation d’un lieu nous semblait logique car nous avions invité environ trois cents personnes.

« Privatiser une boite de nuit pour une soirée d’intégration semblait logique » – Joanna Delvallet

Pour vous, est-ce un succès ?

C : C’est le premier WEI que nous organisions et tout s’est bien passé. Le suivant sera meilleur et celui d’après aussi, avec des prix toujours plus compétitifs et avec plus d’activités prévues. A mes yeux, la soirée d’intégration était exceptionnelle. Nous avons même inventé un cocktail pour l’occasion qui a fait de nombreux adeptes.

B : Le WEI s’est plutôt bien passé, nous n’avons pas eu d’incident, les gens étaient plutôt contents. En tant qu’organisateurs, c’est toujours difficile de donner un avis objectif, puisque nous n’avons pas vraiment vécu la même chose, nous avons plus travaillé que profité. Nous avons, cependant, eu des retours plutôt positifs. Pour la soirée d’intégration nous avons même fait des ventes le jour même en augmentant le prix. Cela a plutôt bien marché.

Certains étudiants pensent que le rapport qualité/prix n’était pas présent. Qu’avez-vous à leur dire ?

 B : Il ne fallait pas venir ! Non, plus sérieusement, il faut savoir qu’un WEI tourne au minimum autour de 150€, que nous l’avons fait à 119€ et 109€, pour les boursiers, c’est plutôt pas cher pour un week-end où il y a tout compris : boissons (open bar), transport, hébergement et soirée. De plus, le week-end s’est déroulé du vendredi au dimanche soir et c’est très rare qu’un week-end dure deux jours et demi. Nous avons fait de notre mieux et je ne pense pas que l’on trouvera un prix moins cher que celui que nous avons proposé.

Et les professeurs, qu’en pensent-ils ?

Nous avons interrogé Madame Fatiha Cherfouh, Maître de conférences en Introduction Historique au Droit à la faculté de Droit à Malakoff.

Avez-vous participé à des week-ends ou soirées d’intégration lorsque vous étiez étudiante ?

Madame Cherfouh : Dans ma faculté d’origine, à Saint-Étienne, il n’y en avait pas, ou bien je n’étais pas au courant. Il faut savoir que c’était une faculté relativement modeste (400 étudiants en droit). Après, lorsque je suis partie en Master à Bordeaux, j’étais en Master et donc ce n’est plus le moment de s’intégrer dans une faculté. Normalement on est déjà intégré.

Pensez-vous que les week-ends et les soirées d’intégration soient une bonne idée ? Pensez-vous qu’ils peuvent être utiles ?

C : Si je comprends bien le principe du week-end et de la soirée, ce n’est pas tellement de s’intégrer dans la faculté mais plutôt que les étudiants s’intègrent entre eux. En effet, selon moi, un week-end ou une soirée où il n’y a que des étudiants sont faits pour favoriser la convivialité entre étudiants, qu’ils apprennent à se connaître.

Je pense que, de manière indirecte, ce genre d’évènement peut permettre une meilleure adaptation à la faculté parce que, les étudiants de toutes les années sont confondus plus ou moins équitablement. Par ailleurs, il serait intéressant de savoir si, dans ces soirées, ce sont principalement des premières années, des deuxièmes, des licences ou des Master. Si cette répartition est relativement bien équilibrée et bien mélangée, cela peut constituer une opportunité ; encore faut-il que, en ce qui concerne la soirée, les gens se parlent. Je pense que le public estudiantin n’est pas très différent du public ordinaire : il n’est pas toujours facile, en soirée, d’aller vers les autres quand on ne les connait pas. Je pense que, en réalité,  les étudiants doivent rester entre eux, sauf peut-être ceux qui sont très à l’aise ou certains membres d’associations. En conclusion, je dirais que c’est un moment de convivialité. C’est un moyen éventuel de commencer à se faire un réseau, ce qui est très important, mais pour ce qui est de la soirée, le cadre étant extrêmement festif, je ne pense pas que ce soit un réel passage obligé pour s’adapter à la fac et qu’il y a d’autres manières d’y parvenir. En revanche, le week-end d’intégration, peut-être plus intéressant pour commencer à se faire un réseau et que l’on néglige peut-être un peu cet aspect-là en France, de multiplier les vecteurs de constitution de réseau.

Convivialité, partage entre étudiants, oui. Mais je ne pense pas pour autant que ce soit la chose qui va permettre aux étudiants de s’adapter à la vie de la faculté. Cette intégration demande un peu de temps et elle demande d’acquérir des méthodes de travail et une organisation spécifiques. Ce genre d’évènement peut rester, néanmoins, un très bon moment et permettre de rencontrer des personnes plus aguerries d’autres années.

Pensez-vous que les WEI peuvent retarder les étudiants dans leurs apprentissages et leurs préparations de Travaux dirigés, sachant que certains commencent pendant les périodes de travaux dirigés et d’autres juste avant ?

C : Autant je ne pense pas que ce soit des vecteurs majeurs d’adaptation à la faculté, autant je ne pense pas que ce soit néfaste. En effet, ce sont des évènements ponctuels qui ont lieu une fois par an. Or, je ne pense pas que les étudiants s’abstiennent pendant toute la durée du semestre de faire la fête. Il est vrai que la durée d’un week-end est assez longue et peut être intense, il y a peut-être un temps de récupération assez long dans les jours suivant le WEI. Ce ne sont pas à mes yeux des facteurs de réussite ou d’échec durant un semestre. La vie étudiante demande d’acquérir une certaine  philosophie de vie et il faut être dans le juste milieu et éviter les excès. Je pense aussi que ça peut permettre aux étudiants d’anticiper : si un étudiant sait qu’il part pour le week-end entier, à lui de s’organiser dans le cas où il aurait son devoir ramassé au TD suivant.

 « Non, je pense que ce n’est ni un passage obligé et indispensable, ni un handicap. » – Fatiha Cherfouh

Zoom sur : La soirée d’intégration de la faculté de droit de Paris Descartes

Organisée par le Bureau Des Étudiants de Malakoff (BDEM Imperium) et Community, le 2 octobre 2015 de 23h à 5h du matin au Carré Ponthieu dans le 8ème arrondissement, la soirée d’intégration de la faculté de Droit de l’Université Paris Descartes s’est déroulée dans les meilleures conditions. Elle a été source de bonne humeur et de convivialité entre anciens de la faculté et nouveaux étudiants. Même si l’alcool était au rendez-vous, aucun incident n’a été signalé, car la consommation était surveillée, et les étudiants étaient heureux. La plupart d’entre eux gardent un très bon souvenir de leur soirée et disent « féliciter Community et le BDEM pour leur engagement et leur volonté de faire plaisir ». Il semble donc que les soirées jusqu’au bout de la nuit ne s’arrêteront pas là…

Théo Monteil