Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

La vape et les jeunes.

La France est le premier marché européen en nombre de vapoteurs. Le profil des consommateurs indique que « c’est après 35 ans que les personnes semblent les plus enclines à « adopter » la cigarette électronique après l’avoir essayée ».

La cigarette électronique ne cesse d’être encouragée par les spécialistes de la santé notamment. Elle est adoptée par certains, et surtout par les plus de 25 ans.  Les 18-25 ans ne se ruent pas ou peu sur la cigarette électronique. La question des jeunes, des mineurs plus précisément et de la cigarette électronique s’est surtout posée afin de savoir si l’e-cigarette était une porte d’entrée ou non au tabagisme.  Mais qu’en est-il  des 18-25 ans qui ont l’air de ne pas être de grands adeptes de ce produit ? Quelques réponses plus ou moins évidentes s’imposent simplement, mais il faut se pencher sur la question.

D’après certaines études l’expérimentation de l’e-cigarette chez les jeunes est très importante mais ces derniers ne deviennent pas des consommateurs réguliers. Les  normes sociales sont fortement corrélées à la curiosité qui pousse l’expérimentation, la cigarette électronique offre un côté plaisant, à la mode. C’est un gadget, qui peut s’apparenter à un produit haut de gamme, offrant toutes les sortes d’arômes imaginables.

Un vendeur considère que « les jeunes pèsent  peu sur le marché de la cigarette électronique car les études sur  cette dernière divergent et les jeunes sont influençables.  C’est aussi lié à un manque de conscience et de maturité. On  devient consommateur de cigarette électronique si on a un proche qui vape,  qui est malade ou sous les conseils d’un médecin ou encore d’un psychologue.  Il faut qu’il se passe quelque chose, qu’il y ait un bouleversement dans la vie de la personne. ». Ainsi, les consommateurs réguliers s’engagent  dans une démarche de sevrage ou de réduction des risques dès qu’ils essaient. «La cigarette électronique est généralement le dernier recours, il n y a aucun intérêt à vapoter dans le cas contraire. »  L’avancée en âge est donc certainement corrélée à l’utilisation de ce moyen de sevrage. Cela s’explique par une confrontation accrue aux dommages sur la santé, avérés ou ressentis du tabagisme. Selon les résultats de l’enquête ETINCEL-OFDT (novembre 2013), parmi les utilisateurs récents de la cigarette électronique, les 15-24 ans ne sont que 44 % alors que les 50-75 ans sont 67 %.

L’entretien régulier de l’e-cigarette peut se révéler être une contrainte assez importante pour les utilisateurs. En effet, elle demande d’être très  régulièrement entretenue (toutes les 2 à 3 semaines). Il faut également choisir un liquide de qualité (et auquel on ne serait pas allergique). Sans un bon entretien la performance diminue mais surtout, un défaut d’utilisation comporte des risques pour la santé.

Même si les conclusions des études sur la consommation des 18-25 ans peuvent diverger, on retient que les propriétés de la cigarette électronique ne satisfont pas toujours les désirs des jeunes car trop strictes.

Aicha Boufousse