Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

La légende David Bowie.

7h30, le monde entier apprend la mort de l’homme aux 1000 visages. Nous sommes le 10 janvier 2016 et David Bowie a succombé d’un cancer, deux jours après la sortie de son 25e et dernier album, Blackstar.

Les hommages fusent très rapidement sur Twitter et Facebook, de James Cameron à Pharrel Williams. On publie des photos, les paroles de ses chansons, les « RIP » côtoient à la fin de la journée la question « Alors, c’est comment la vie sur Mars ? ». David Bowie a bien marqué l’histoire de la pop et les esprits.

C’est en 1969 que les britanniques découvrent le personnage de Major Tom dans le single Space Oddity, et grâce à lui David Bowie. Ce titre sera d’ailleurs utilisé par la BBC pour sa couverture de l’atterrissage d’Apollo 11 sur la Lune la même année. Mais Major Tom n’est qu’un des nombreux personnages épousés par l’artiste au cours de sa carrière.

En 1972, il sort l’album Ziggy Stardust and The Spiders From Mars, un album plus glam rock que les premiers. Au bout d’un an, Bowie tue le personnage de Ziggy Stardust, mais cette coupe rouge courte et ces vêtements extravagants aux couleurs criardes auront définitivement marqués les esprits. Cet album est d’ailleurs considéré comme l’un de ses meilleurs, avec des morceaux tels que Starman ou Rock’n’roll suicide.

Bowie découvre l’Amérique en 1975, et lui dédie l’album Young Americans la même année, avec un look de dandy et des morceaux très soul/funk qui crée un formidable paradoxe. Il coécrit avec John Lennon le morceau Fame, qui aura comme le reste de l’album un grand succès, des deux côtés de l’Atlantique.

À la fin des années 70, nouveau tournant radical. Bowie se réfugie à Berlin après avoir déclenché une tempête médiatique aux États-Unis. Démarre alors la « trilogie berlinoise », comme sont appelés les trois albums de Bowie Low, Heroes et Lodger. Il s’essaie alors à la new wave et aux musiques électroniques et conquiert un nouveau public.

Il fait de nouveau un carton en 1980 avec Scary monsters, considéré comme un album très innovant et abouti musicalement. Ashes to Ashes est évidemment le morceau qui revient le plus lorsque l’on évoque cet album.

En 1983, Bowie fait danser la planète avec son album et morceau Let’s dance. Très pop, l’album ne fait toutefois pas l’unanimité du côté des critiques musicaux. Il se place tout de même en première position des charts dans de nombreux pays.

Dans Lazarus, extrait de son dernier album Blackstar, Bowie s’illustre mourant et chante « Look up here, I’m in heaven (Regarde là haut, je suis au paradis) ». Comme une annonce de son décès proche. Cet album mêle malaise et émotion et ne pourra plus être écouté de la même manière maintenant que Bowie nous a quitté.

« And the stars look very different today… »

 

Nina Audinet