Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Maroc : M. Moulay Mehdi El Fathemy, portrait d’un homme politique incarnant le changement.

Moulay Mehdi El Fathemy, actuel président de la commune de Moulay Abdellah - située au sud de Casablanca dans la région de Doukkala - ne se départit pas de l’idée du changement politique. « Changement politique initié par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour un Maroc moderne » dont il exprime son « profond attachement ». Avec un profil associatif, l’échelon local est pour lui la meilleure façon d’apporter un vent nouveau à cette région qui lui tient « énormément à cœur ». Pharmacien de profession, il ne vit pas de la politique mais pour la politique. Et n’a, en sus, pas été élu par le biais de pratiques clientélistes.

A la fin de ses études secondaires au lycée militaire royal au Maroc, c’est vers l’Ukraine qu’il part  faire ses études en pharmacie. Pays dans lequel il va véritablement se découvrir une âme associative, en créant l’association des marocains d’Ukraine, laquelle était indispensable selon lui, vu la présence de plus de 8000 marocains sans aucune ambassade sur ce territoire. Premier acte militant donc, se résumant à la mise en relation des marocains avec l’ambassade située à Moscou pour des demandes administratives (relatives aux bourses ou encore aux passeports).

Moulay Mehdi El Fathemy

L’événement déclencheur de son engagement en politique : le gouvernement de Abderrahman Youssoufi.

C’est lors de son retour au Maroc en 2000 - à la fin de ses études et dans l’attente d’une autorisation d’exercice dans son domaine de compétence qu’il obtient en 2001- qu’il décide de s’engager en politique. L’événement déclencheur de son engagement en politique, le gouvernement dit d’alternance de M. Abderrahman Youssoufi, grand homme politique marocain envers lequel il a un immense « respect » et une grande « reconnaissance ». C’est, ainsi, sous la bannière de l’Union Socialiste des Forces Populaire (USFP) qu’il devient membre actif en 2001. C’est à ses yeux « un parti militant », « un parti de changement » à la hauteur de ses exigences. Sa carrière politique débute en 2003 en tant que vice Président de la commune de Moulay Abdellah. Ce qui lui a permis de mettre en œuvre des chantiers importants tels que l’accès à l’électricité, à l’eau potable et à l’assainissement pour tous « dans une région qui compte énormément d’entreprises, d’usines ainsi qu’un port, le Jorf Lasfar ». Chantiers qui ont « abouti avec succès » compte tenu  « des ressources importantes de la commune ».  Une première réussite politique. Mais l’année 2009 sonne la fin de son mandat au sein de la commune. Mandat qui ne s’est pas renouvelé après les élections, en raison d’une concurrence trop élevée faisant de cette commune un lieu très « convoité ».

L’action sociale et la santé pour tous, ses combats.

Après sa défaite électorale de 2009 : c’est vers l’associatif qu’il se retourne la même année. Ainsi c’est en tant que Président de l’association provinciale des œuvres sociales qu’il agit dans le domaine associatif et en collaboration avec le Gouverneur de la province d’El jadida (M. Mouad Jamiie) et le Président du conseil Provincial d’El Jadida (M Zahidi Mouhamed). Cette structure a trois pôles d’actions. Le premier étant la réinsertion des femmes vivant dans des situations précaires (le but étant de leur apprendre un métier pour qu’elles puissent en vivre et subvenir aux besoins de leurs familles). Le second est un centre dit « initiative des enfants handicapés mentaux » (l’objectif de ce centre est de permettre aux jeunes répondant aux critères de prise en charge de pouvoir bénéficier d’un accompagnement vers l’autonomie et la réinsertion). Le troisième et le dernier pôle est un centre de rééducation (centre au travers duquel sont mis à la disposition des personnes dans le besoin des kinésithérapeutes). Par ailleurs l’association organise régulièrement des caravanes médicales avec des médecins et des pharmaciens et le mot d’ordre est la prise en charge totale des patients sans aucune contrepartie. Association qu’il préside toujours actuellement.

Un respect pour le droit et les institutions.

Malgré la défaite de 2009, la politique n’est pas un terrain qu’il a abandonné. Puisqu’en 2016 il a été élu pour un mandat de 5 ans au poste cette fois-ci de Président de la commune de Moulay Abdellah. Son programme politique de restructuration des « douars clandestins » est en cours d’application. Le but étant de les « viabiliser ». Cela passe par « la rénovation des routes » permettant un accès facile à ces endroits en dehors des villes et parfois trop marginalisés « en leur donnant accès à l’eau potable et à l’électricité ». Déjà la restructuration urbaine (routes, espaces piétons et destructions des parcelles des maisons des quartiers dits riches de sa circonscription – Sidi Bouzid - empiétant dans le domaine public) a été une réussite spectaculaire en l’espace de seulement une année à tel point que « les personnes ne reconnaissent plus la commune ». Il espère qu’à l’issue de son mandat qui a débuté en 2016 et qui s’achèvera en 2021 « le contrôle futur qu’opèrera la Cour des comptes sur la gestion de la commune sera conforme à la législation en vigueur »

 

Leïla Benzekri