Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Chronique des arts

Paris au XIXème

La Gare Saint Lazare

La Gare Saint-Lazare, Claude Monet

 

En ce temps, la peinture est un art académique, devant respecter des règles rigides de bon goût pour pouvoir être reconnue. Cependant, l’invention de la photographie vient bouleverser le métier de peintre, qui se limitait jusque-là  à représenter le réel. Naît alors l’impressionnisme, où l’artiste privilégie la lumière, la couleur, et s’intéresse plus aux paysages et aux scènes de la vie quotidienne qu’à une énième reproduction de scènes bibliques. Plus que l’aspect stable et matériel des choses, ce sont les impressions fugitives et le caractère mouvant de la vie que l’artiste cherche à transmettre.

Paris, années 1850

Profitant du désordre causé par la révolution de 1848, Napoléon III a pris le pouvoir par le coup d’Etat de 1851. Paris est alors bien différent du Paris que l’on connaît aujourd’hui. Le centre n’est qu’un lacis de ruelles sombres et insalubres où s’entassent les populations pauvres, tandis que les plus aisées habitent plutôt en périphérie. Napoléon III entreprend alors de transformer ce Paris, officiellement pour des raisons d’hygiène et des raisons sociales d’amélioration de l’habitat des moins fortunées, officieusement pour des raisons sécuritaires, notamment pour éviter la concentration de populations susceptibles de se révolter. Commencent alors de grands travaux, menés par Haussmann, avec la percée de nombreux grands boulevards, comme les boulevards St-Michel, Haussmann, St-Germain…, l’élargissement des rues et la construction de nombreux parcs et squares.                              

Jean Béraud, La sortie de théâtre
Jean Béraud, La sortie de théâtre
© RMN (Musée d’Orsay) / Jean-Gilles Berizzi

Paris au temps des impressionnistes

C’est sur cette conjonction d’évènements politiques et artistiques que porte l’exposition gratuite qui se tient jusqu’au 30 juillet, à l’Hôtel de Ville de Paris. Elle s’articule autour de 5 thèmes :

  • Construire le nouveau Paris, ou la naissance du Paris que l’on connaît aujourd’hui.
  • L’atelier à ciel ouvert, ou l’animation de la vie parisienne suscitée par les travaux d’Haussmann, comme la construction de l’Opéra Garnier et l’élargissement des rues et boulevards ayant entraîné la prolifération des cafés et terrasses dans la capitale.
  • La vie Parisienne, ou les plaisirs de la capitale : terrasses, filles de joie, ballades dans les rues, déjeuners sur l’herbe…
  • Paris Tragique, ou la misère comme composante indissociable de la vie parisienne.
  • La reine des mondes, ou Paris comme centre névralgique de l’art, de la littérature et de la musique en Europe.

C’est ce Paris nouveau, mouvant, multiple, ce monde de plaisirs et d’animation qu’ont représenté les impressionnistes, chacun à leur manière. C’est cette diversité, cette versatilité, cette nouveauté et cette vie que l’exposition nous transmet.