Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

La Démocratie Etudiante

Démocratie étudiante

L'Université Paris Descartes, votre université, est une université pluridisciplinaire constituée de 9 UFR et d'1 IUT, répartis dans tout Paris et au-delà. D’un point de vue statutaire, c’est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP).

Une UFR (encore parfois appelée « Faculté ») est une Unité de Formation et de Recherche, elle correspond à une composante d'une université.

Un IUT est un Institut Universitaire de Technologie, il correspond également à une composante d'une université.

Par ordre alphabétique, on y trouve :

  • L'IUT - Paris 16ème
  • l'UFR Biomédicale - Paris 6ème
  • l'UFR de Droit – Economie, Gestion - Malakoff
  • l'UFR de Mathématiques et Informatique - Paris 6ème
  • l'UFR de Médecine - Paris 6ème, dont dépend l'école de Sage-Femme de Baudelocque - Paris 14ème
  • l'UFR d'Odontologie - Montrouge
  • l'UFR de Pharmacie - Paris 6ème
  • l'UFR de Psychologie - Boulogne Billancourt
  • l'UFR de Sciences Humaines et Sociales – Sorbonne -Paris 6ème
  • et l'UFR STAPS - Paris 15ème

 

L’université, tout comme ses composantes, a une double gestion : politique (équipe de direction et conseils) et administrative (services administratifs), la première décidant des grandes orientations que la seconde applique.

Au niveau des composantes

 

Le conseil de Composante (UFR ou IUT) a compétence pour tout ce qui touche l’administration de l’UFR ou de l’IUT, notamment dans ses aspects pédagogiques, financiers, de ressources humaines et de vie étudiante. Il vote le budget et répartit les crédits de fonctionnement et d'équipement mis à sa disposition par l'université. De plus, engagé dans la politique de l’établissement, le conseil contribue, par ses délibérations, à la préparation des décisions qui seront votées dans les différents conseils de l’établissement (les trois conseils centraux de l'université).

Au niveau de l’université

Trois conseils ont en charge la vie de l’université : le conseil d’administration, le conseil scientifique et le conseil des études et de la vie universitaire. Les membres des trois conseils représentent toutes les catégories de personnels et d’usagers. Des personnalités "extérieures" y siègent également, représentant notamment la mairie de Paris, la région Ile-de-France, les grands organismes de recherche, les organisations représentatives du patronat et des salariés.

Le conseil d’administration (CA) détermine la politique de l’établissement, vote le budget, approuve les conventions, statue en matière juridictionnelle et disciplinaire. Le conseil d’administration délibère notamment sur le contenu du contrat d’établissement. Il vote le budget et approuve les comptes. Il fixe, dans le respect des priorités nationales, la répartition des emplois qui lui sont alloués. Il autorise le président à engager toute action en justice. Il approuve les accords et les conventions signés par le président, ainsi que les emprunts, les prises de participation, les créations de filiales, l’acceptation de dons et legs et les acquisitions immobilières. Il peut déléguer certaines de ses attributions au président de l’université. Le conseil d’administration de l’établissement constitué en section disciplinaire exerce également un pouvoir disciplinaire en premier ressort à l’égard des enseignants chercheurs, enseignants et usagers/étudiants. Le CA comprend 30 membres représentant l’ensemble de la communauté universitaire : enseignants-chercheurs, Iatos et étudiants répartis en collèges par disciplines ou groupes de disciplines.

Le conseil scientifique (CS) détermine les orientations des politiques de recherche, de documentation scientifique et technique, ainsi que la répartition des crédits de recherche. Il est consulté sur les programmes de formation initiale et continue, sur la qualification à donner aux emplois d’enseignants - chercheurs et de chercheurs vacants ou demandés, sur les programmes et contrats de recherche proposés par les diverses composantes de l’université, sur les demandes d’habilitation à délivrer des diplômes nationaux, sur les projets de création ou de modification des diplômes d’établissement et sur le contrat d’établissement. Il assure la liaison entre l’enseignement et la recherche, notamment pour le troisième cycle. Il comprend 40 membres représentant l’ensemble de la communauté universitaire : enseignants chercheurs, BIATSS et étudiants.

Le conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) traite de tout ce qui touche aux étudiants, des études aux problèmes de la vie quotidienne. Il propose au conseil d’administration les orientations des enseignements de formation initiale et continue, instruit les demandes d’habilitation et les projets de nouvelles filières. Il prépare les mesures de nature à permettre la mise en œuvre de l’orientation des étudiants et la validation des acquis, à faciliter leur entrée dans la vie active, à favoriser les activités culturelles, sportives, sociales ou associatives offertes aux étudiants, et à améliorer leurs conditions de vie et de travail. Il examine notamment les mesures relatives aux activités de soutien, aux œuvres universitaires et scolaires, aux services médicaux et sociaux, aux bibliothèques et centres de documentation. Il est garant des libertés politiques et syndicales étudiantes. Il comprend 40 membres représentant l’ensemble de la communauté universitaire : enseignants-chercheurs, BIATSS et étudiants.

Le président dirige l’université. Il la représente à l’égard des tiers ainsi qu’en justice, conclut les accords et les conventions. Il est ordonnateur des recettes et des dépenses de l’université. Il préside les trois conseils, prépare et exécute leurs délibérations, reçoit leurs propositions et avis. Il a autorité sur l’ensemble des personnels de l’établissement. Il est accompagné dans sa tâche par des Vice-présidents, des chargés de mission, la direction générale des services et les responsables des services les plus importants.

Un peu d’histoire

Nous vivons une époque où les réformes sont légions - l'enseignement supérieur ne fait pas exception. Mais certaines marquent leur temps plus que d'autres : l'organisation des facultés en universités au sein desquelles nous étudions aujourd'hui est le fruit d'une réforme connue sous le nom de loi Faure, en hommage au ministre éponyme qui la fit adopter.

Datée du 12 novembre 1968, elle ne se limite pas à une simple réforme organisationnelle : dans les mois qui suivirent les mouvements étudiants de mai, la loi Faure supprima la sélection à l'entrée de l'université, et fit de l'étudiant, ce qui n’était nullement le cas auparavant, un acteur de la gestion de son établissement. Le titre III article 13 de la Loi précise en effet que "les conseils (d'administration des UFR et de l'Université) sont composés, dans un esprit de participation, par des enseignants, des chercheurs, des étudiants et par des membres du personnel non-enseignant."

Une première historique, et une grande victoire pour les étudiants qui firent connaître leur contentement : les premières élections d'élus étudiants de l'Histoire de France furent organisées en mars 1969 et connurent des taux de participation inégalés depuis : 66% en médecine, 60% en droit et sciences économiques, 46% en sciences et 42% en lettres qui avaient été au centre de la contestation.

Et aujourd'hui…

Il suffit de jeter un œil rapide sur les résultats des dernières élections centrales pour comprendre que nous avons tendance à nous reposer sur les lauriers de nos aînés... et à nous désengager petit à petit de la représentation étudiante pour laquelle ils se sont battus : aux dernières élections centrales de l'Université, en novembre 2009, le taux de participation moyen des étudiants de Paris Descartes était de 16%.

Rapprochez-vous des associations et syndicats qui se proposent de porter votre voix au sein de ces instances et prêtez une oreille attentive à ce qu’ils auront à vous dire, que ce soit en période électorale ou non.

Vos représentants sont élus pour deux ans, et participent, en leur qualité de membre des conseils, à la vie de votre composante et de votre université. Ils disposent d’un réel pouvoir sur les décisions qui orientent les actions et les choix de l’université. Les conseils ont des implications concrètes dans la vie des usagers et de vos composantes.

Ils font également partie des nombreuses commissions annexes aux conseils qui traitent des sujets qui touchent les étudiants dans le détail. Un exemple est la commission Fond de Solidarité et de Développement aux Initiatives Etudiantes -FSDIE- qui, dans son volet « social », attribue sur demande des moyens financiers aux étudiants en difficulté et qui, dans son volet « projets », attribue après étude des dossiers des moyens financiers aux associations dans le cadre du développement de la vie étudiante.

Le Vice-Président Etudiant

Le Vice-Président Etudiant est le représentant de tous les étudiants de l’université, il participe à la définition globale de la politique de l’université et représente les étudiants auprès de la direction de l’établissement et des interlocuteurs extérieurs. Il est, bien entendu, étudiant et est élu parmi les membres du CEVU pour deux ans.

N’hésitez pas à contacter vos élus .

En espérant que ces quelques explications vous auront permis d'y voir plus clair et vous auront incitées à voter et à vous présenter.

 Adrian Brun, le Vice Président Etudiant