Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

FUN ou comment utiliser le multimédia au service de l'éducation

France Université Numérique (FUN) est un projet de MOOC français qui sera disponible en début d’année prochaine. Mais qu'est-ce qu'un MOOC ? Il s'agit de l'acronyme anglais "Massive Open Online Course" qui désigne une plateforme de cours universitaires gratuits sur internet, en d'autres termes des cours ouverts à tous et à distance. Il en existe déjà plusieurs dont edX, les MOOC d'Harvard, du MIT, de Berkeley et d'autres universités prestigieuses. Pour combler son retard, le gouvernement français a présenté son projet France Université Numérique (FUN) lors d’une conférence de presse le mercredi 2 octobre dernier.

 Un MOOC c'est une plateforme de cours accessibles sur internet proposant des vidéos, des évaluations, des tutorats, des corrections effectuées par d'autres utilisateurs et permettant une interaction totale avec les professeurs. Cela constitue une remise en cause profonde de notre système éducatif français très traditionnel. Trois ministres étaient présents lors de la conférence de presse : Geneviève Fioraso, Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Fleur Pellerin, Ministre déléguée auprès du Ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l'économie numérique ; et Yamina Benguigui, Ministre déléguée auprès du Ministre des affaires étrangères, chargée de la francophonie. Les intervenants ont tous souligné l'importance de la diffusion et de l'universalité du savoir et considèrent le numérique « comme la troisième révolution après l'écriture et l'imprimerie » comme l’explique Geneviève Fioraso. Le plan du projet est établi autour de 18 axes principaux parmi lesquels : l'orientation des lycéens et des étudiants, la réussite des étudiants, l'insertion professionnelle, la formation des enseignants à l'usage du numérique dans leurs pratiques pédagogiques, la promotion de la langue française et le développement d'initiatives européennes et internationales.

En s’inscrivant à cette plateforme, chaque étudiant pourra obtenir un certificat attestant de son assiduité aux cours. Ce certificat n’aura pas valeur de diplôme dans un premier temps, mais la possibilité de dispenser des formations diplômantes est actuellement à l’étude. Les avantages et les enjeux pédagogiques de ces nouvelles formes d’enseignements sont énormes car elles permettront aux enseignants d'interagir avec les étudiants en expliquant et en partageant leurs méthodes, et d'adapter leurs cours en fonction de l'intérêt des utilisateurs (par l'analyse du temps d'utilisation de tel ou tel chapitre). Réciproquement,  cette plateforme ouverte à chacun donnera aux étudiants la possibilité de suivre un panel d’enseignements très importants ce qui devrait favoriser une meilleure orientation et une meilleure réinsertion professionnelle.

Pas loin de 12 millions d'euros seront alloués à la création de cours et de cursus numériques de haute qualité. Une somme faible si on la compare aux 43 et 60 millions de dollars investis dans les plateformes Coursera et edX… Mais qui garantit l’indépendance du MOOC à la française car il ne s’agit pas d’investissements privés.  

Depuis le jour de la conférence, le portail d'information du projet est disponible à l'adresse www.france-universite-numerique.fr . Les inscriptions sur la plateforme nationale seront ouvertes le 28 octobre 2013. Le début des cours en ligne est prévu en janvier 2014.

Alexandre Le Roy