Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Les bénévoles de la Croix Rouge mobilisés le soir du nouvel an.

Le 31 décembre est une nuit particulière ! A l’heure où la plupart d’entre nous faisions la fête entre amis ou en famille, les secouristes bénévoles de la Croix Rouge étaient à pied d’œuvre. Quelles compétences pour quelles interventions ? Eclairage avec Stéphane Ondet, 20 ans, secouriste à la Croix Rouge et étudiant en STAPS à l’Université Paris Descartes, qui témoigne de son engagement.

Stéphane est membre de la Croix Rouge en tant qu’équipier secouriste. Après avoir suivi une formation de 15 jours sanctionnée par le PSE2 (diplôme de premiers secours en équipe de niveau 2) il exerce régulièrement des missions de secours comme « équipier secouriste ».  « Lors de notre journée défense et citoyenneté (JDC ex JAPD) nous passons l’Initiation aux Premiers Secours (IPS). Lorsqu’on s’inscrit à la Croix Rouge comme bénévole, il est proposé de suivre la formation de « sauveteur » également appelée « Prévention et secours civique de niveau 1 ».

Cette formation permet d’acquérir des gestes de base, accessibles à tout citoyen en 10h. Si on le souhaite, on peut également suivre la formation de « secouriste » PSE1 (ou Premier Secours en équipe de niveau 1) en 35h soit 8 jours. C’est ce niveau qui donne le statut d’équipier secouriste avec les mêmes compétences que les pompiers en ce qui concerne le secours des victimes. Seuls les bénévoles de niveau PSE2 peuvent être conducteurs de véhicules de premiers secours aux personnes ou chefs d’équipe de secours (ce sont des formations supplémentaires).

Les interventions de la Croix Rouge se font en équipe : un conducteur, un chef d’intervention et deux équipiers secouristes. La nuit de la Saint-Sylvestre est divisée en deux gardes, la première de 18h à 00h et la seconde de 00h à 8h, et les équipes de secours de la Croix Rouge sont mobilisées sur tout type d’intervention : personne blessée, malaise, arrêt cardio respiratoire, accouchement, accident de circulation, ébriété… En cas de nécessité la Croix Rouge demande du renfort au SAMU pour l’intervention d’un médecin.

Sur les Hauts de Seine, la Croix Rouge dispose de 600 secouristes, et le département est divisé en 5 zones : Dauphin, Castor, Rubis, Saphir et Babette. Stéphane est secouriste sur la zone Babette. Le soir du nouvel an il n’était pas de garde, seuls quelques un d’entre eux le sont. Mais sur les 600 secouristes bénévoles de la Croix Rouge, le soir du nouvel an, 200 étaient d’astreinte, comme lui, susceptibles d’être mobilisés par un système d’alerte.

Il y a différents niveaux de situations d’intervention. Jaune, les secouristes de garde interviennent. Orange signifie une multitude d’interventions mineures, et des appels sont lancés aux secouristes d’astreinte pour renforcer les effectifs. En cas d’évènement majeur : la Préfecture des Hauts de Seine peut mettre en alerte la Croix Rouge au même titre que les services publics de l’Etat pour des opérations de secours ou d’assistance aux personnes. Aussi, un évènement catastrophique (incendie notamment) ou climatique demandera la mobilisation de nombreux acteurs. Les équipes de secours peuvent donc apporter leur concours dans la prise en charge des victimes blessées ou impliquées.  

Manon Coulange

Encadré :

La Croix Rouge via le 15 ou le 18

Lorsque la victime appelle le Samu en composant le 15, un auxiliaire de régulation médicale prend l’appel, note les informations indispensables (adresse, lieu, nom, motif d’appel) et effectue un premier tri. L’appel est ensuite dirigé vers un médecin qui évalue l’urgence de la demande et décide d’une réponse à apporter. Les secours sont envoyés sur les cas les plus urgents : une équipe de secours de la Croix Rouge peut donc être dépêchée, via un régulateur présent dans les locaux du SAMU. A son arrivée sur place l’équipe de la Croix Rouge évalue la gravité de la situation et si besoin transporte la victime en milieu hospitalier.Si la victime appelle les pompiers en composant  le 18, c’est un sapeur pompier qui réceptionne l’appel, les mêmes informations sont recueillies : nom, adresse et problème de la victime. L’intervention est ensuite transmise au centre de secours des Pompiers  le plus proche, qui envoie une équipe Croix Rouge, lorsqu’elle est de garde (chaque week-end et la nuit du 31 décembre).