Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Le jouet traditionnel, un succès intemporel !

Avec la banalisation des jouets électroniques dès le berceau des enfants, les jeux plus traditionnels seraient-ils dépassés ? Dépréciés à tort, ils sont aujourd’hui loin d’être démodés !

Avec les fêtes de fin d’années les incontournables jouets au pied du sapin ont su faire rêver petits et grands. Certains parents préfèreront offrir à leurs enfants des jeux numériques ou électroniques. Avec la banalisation de cette technologie dès le berceau des enfants, les jeux plus traditionnels seraient-ils dépassés ? Dépréciés à tort, ils sont aujourd’hui loin d’être démodés !

En cette douce fin d’après-midi de décembre, les rayons du coucher de soleil inondent de lumière orange ce petit magasin de jouets donnant directement sur le jardin du Palais Royal. Ce petit commerce tout en longueur spécialisé dans la vente de jouets traditionnels et de jouets en bois abrite une véritable caverne d’Ali baba. Plein de trésors qui transportent en enfance tous ses visiteurs.

Accueilli par un mélodieux carillon, le jouet traditionnel est ici maître de la fête. Cette vieille boutique de plus de soixante ans a vu passer des générations d’enfants transportées dans cet univers magique, et son succès ne désemplit pas comme nous l’explique la vendeuse du magasin. Elle observe qu’ « il y a un réel retour aux jeux traditionnels depuis environs 8 ans ». Quand je lui demande ce que les parents recherchent en achetant ce type d’articles, elle me répond en souriant « je pense qu’ils viennent avant tout retrouver leur enfance ». Elle m’explique qu’ils souhaitent de nouveau offrir à leurs enfants des jouets durables et de bonne qualité. Ils veulent en effet leur transmettre ces jeux indémodables qui les ont eux-mêmes fait rêver.

Pour les fêtes de fin d’année, ce qui remporte le plus de succès ce sont bien ces petites cuisinières, ces quilles ou cubes en bois ou encore ces porteurs, sorte de petites voitures en bois sur lesquelles les petits enfants peuvent s’asseoir ou poser leurs bras lorsqu’ils font leurs premiers pas ! La vendeuse me montre ces petits véhicules situés tout en haut de l’étagère. Ils sont placés juste au-dessus d’une flotte d’avions en bois mais aussi d’une armée de trains rigolos tous prêts à affronter les plus féroces aventuriers. Derrière la caisse sont accrochés au mur deux théâtres mobiles, une planche de bois joliment décorée munie d’une large ouverture masquée par un rideau qui attend patiemment les trois coups annonçant le début de la représentation de marionnettes.

A ma droite un étroit couloir court tout au long de la vitrine donnant sur le passage du Perron. Des vingtaines de poupées y sont exposées, un savoir-faire très cocorico puisqu’il s’agit de la dernière société française qui en conçoit. Accessoires, landaus et petites valises majoritairement roses rendent cet espace unique et haut en couleurs.

En ressortant, je croise une dame au pas pressé qui s’arrête devant la vitrine, elle observe une maison en bois démontable et une petite ferme. Lorsque je lui pose la question sur ce qui lui plait dans ces jeux, elle me dit les préférer aux jeux électroniques, elle les trouve plus ludiques et avoue apprécier le fait qu’ils lui rappellent son enfance. Elle dit, avant de repartir d’un pas tout aussi pressé, qu’elle en achèterait sans hésiter à ses enfants.

Loin d’être mal aimés les jeux traditionnels ont conservé une place privilégiée au pied des sapins. Comme l’exprimait justement la vendeuse du magasin « l’idéal est de concilier les deux [jouets traditionnels et électroniques] », il faut en effet vivre avec son temps, ce qui n’exclut pas d’apprécier ces jeux plus simples mais tout aussi ludiques !

 

Rédigé en décembre 2015.

Henry du Basty