Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

L’université française à la croisée des chemins. L’Université Paris Descartes, analyse de son Président Axel Kahn

20/01/2011

Bilan de 2 années d’autonomie de l’Université Paris Descartes

« L’élément fondamental de l’autonomie, c’est le budget unique. L’université peut désormais traduire réellement sa stratégie universitaire de recherche, de rayonnement culturel, en définissant les affectations d’une masse budgétaire sans aucun cloisonnement, hormis celui de la masse salariale », déclare Axel Kahn.

Grâce à l’autonomie, l’Université Paris Descartes a dégagé une marge financière supplémentaire de 2 millions d’euros. Le budget de la recherche a ainsi été augmenté de 30% et a permis notamment la création de bourses doctorales et de nouveaux appels à projets. De plus, des appels à projets d’initiatives pédagogiques ont été lancés. Ces derniers soulignent la conviction qu’il existe une même importance et une même qualité de créativité dans la recherche et dans la pédagogie. « Les collègues retenus dans ces appels à projets se sont sentis fiers de leur investissement pédagogique enfin valorisé », explique Axel Kahn.

L’autonomie induit comme conséquence d’obliger l’université à être encore plus indépendante et responsable, de développer tous ses créneaux et ses atouts. L’Université Paris Descartes rayonne à travers les points forts tels que la cérémonie de collation solennelle des grades, les prestigieuses expositions d’art sur le thème du corps, les prouesses de ses chercheurs, l’importance de ses relations internationales, ou encore la création de la Fondation Universitaire Paris Descartes.

Les restructurations en cours : modifications du paysage des universités françaises, la PAES (réforme des études de santé)
Les universités franciliennes ont d’abord renâclé à se regrouper en pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), avant que soit mis en place les appels d’offre de l’Etat (Plan Campus, Investissements d’Avenir, etc.). Sous l’impulsion initiale de l’Université Paris Descartes et de son Président, le PRES Sorbonne Paris Cité a vu le jour. Cette nouvelle structure permet à ses membres, universités et Grands Établissements en partenariat avec les organismes de recherche, de mieux accomplir ensemble leurs missions d’enseignement supérieur et de recherche qu’ils ne le feraient isolément, d’élargir l’offre de formation aux étudiants et d’améliorer leurs conditions d’étude et de vie, d’accroître la visibilité internationale et de répondre solidairement aux Investissements d’Avenir.
La réforme des la première année des études de santé fût et reste un véritable défi pour l’université. Axel Kahn se disait plutôt inquiet avant la rentrée, mais le bilan de ce premier semestre est rassurant. Les inscriptions, les cours et enfin les examens se sont bien déroulés. Nous attendons la fin de l’année pour pouvoir tirer un véritable bilan de cette réforme, qui ne devrait pas s’arrêter « en chemin » et évoluer vers une authentique intégration dans le système LMD.

Les relations universités - organismes de recherche : rénovation du partenariat
Les accords passés entre les organismes de recherche et la Conférence des Présidents d’Université (CPU), fait de l’université un opérateur de recherche local qui travaille avec des opérateurs de recherche nationaux (CNRS et Inserm). La mise en place de la délégation globale de gestion et l’unité budgétaire de recherche donne à l’université tous les atouts pour mener à bien ce nouvel objectif. L’université se situe ainsi sur le même pied d’égalité que ses partenaires EPST, quant à la gestion et l’organisation de la recherche. Cela concerne le co-pilotage scientifique, les conventions de site, les chaires universités-organismes de recherche et la valorisation. Celle-ci s’opèrera dans l’avenir par l’intermédiaire de structure régionale, les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies, où coopèreront les universités et écoles, le PRES, les organismes de recherche, etc.

La Recherche, l’Enseignement supérieur et les Initiatives d’excellence (IDEX)
Les Initiatives d’excellence sont vitales pour les universités, notamment pour l’Université Paris Descartes. En effet, « seuls 5 à 10 campus seront retenus. Il s’agirait d’une humiliation considérable voire d’une négation de notre place dans le paysage universitaire français si nous n’étions pas sélectionné », affirme Axel Kahn.

Les IDEX seront dotés en capital rapportant de 25 à 30 millions d’euros par an pour chaque projet retenu. Ces sommes sont limitées mais serviront d’effet de levier pour rechercher des financements complémentaires pour la recherche. Dans la situation budgétaire que tout le monde connaît, ces sommes seront vitales mais indispensables à la poursuite d’une politique ambitieuse de formation et de recherche. Le PRES Sorbonne Paris Cité a fait l’effort de répondre à tous les appels d’offre des IDEX : laboratoires d'excellence (LABEX), équipements d'excellence
(EQUIPEX), Instituts de Recherche Technologique (IRT), Instituts hospitalouniversitaires (IHU), Sociétés d'Accélération du Transfert de Technologies (SATT), Cohortes dans le domaine biomédical.

Pour exemple, six Laboratoires d’excellence sont portés par l’Université Paris Descartes :
- Immuno-Oncologie (Guido Kroemer)
- Medical Drug Innovation Consortium (MeDIC) (Frédéric Dardel)
- Physiologie de la réponse immune adaptive et application aux immunopathologies,
y compris les maladies infectieuses (Immunophysiopath) (Peter van Endert)
- Biogénèse et pathologies du globule rouge (GR-EX) (Olivier Hermine)
- Circulation - Diabètes - Nutrition Sorbonne paris cité (CDN) (Alain Tedgui)

Deux IHU ont été présentés par le PRES Sorbonne Paris Cité dont l’IHU Imagine qui vise à accélérer de manière significative l’acquisition de connaissances sur de nombreuses maladies rares.

 

« C’est un changement qui s’amorce pour l’université : évoluer, changer, mais toujours pour le même motif, mieux accomplir grâce à ces réorganisations notre mission universitaire de service public », conclut Axel Kahn