Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Signature du contrat quadriennal de recherche et de la délégation globale de gestion entre l’Université Paris Descartes et le CNRS.

11/02/2011

Axel Kahn, président de l'Université Paris Descartes, et Alain Fuchs, président du CNRS, ont signé le contrat de partenariat pour 4 ans, ce vendredi 11 février à 18h, à la présidence de l’Université Paris Descartes, 85 boulevard Saint-Germain, Paris.

Le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche connaît une modification sans précédent de ses structures. Cela implique la mobilisation des universités et des organismes de recherche. Dans ces circonstances, « la signature de la convention quadriennale pour 2010-2013 entre le CNRS et l’Université Paris Descartes est un acte fort, à la fois pour l’enseignement supérieur mais surtout dans le domaine de la recherche médicale nationale et internationale » déclare Alain Fuchs, président du CNRS. « Aujourd’hui, le renouvellement de ce partenariat très ancien se dirige vers des formes nouvelles, dans le nouveau contexte créé par l’acquisition de compétences élargies par l’université et par son engagement dans un pôle de recherche et d’enseignement supérieur, le PRES Sorbonne Paris Cité ».

De nouveaux rapports entre la recherche et l’enseignement supérieur
Ce contrat quadriennal a pour objectif de redéfinir en profondeur les rapports entre l’Université Paris Descartes et le CNRS. Aujourd’hui, ces deux établissements convergent pour définir l’enseignement supérieur comme une formation adossée à la recherche. Parallèlement, cette convention reconnaît que la recherche ne peut être dissociée de la transmission du savoir, c'est-à-dire de l’enseignement supérieur. En ce sens, les organismes de recherche et les universités concourent au même objectif, chacun avec sa propre spécificité.

En 2010, la signature de l’accord cadre entre la conférence des présidents d’université et le CNRS définit les principes de cette coopération. C’est lui qui forme le socle du contrat quadriennal d’objectifs qui sera signé ce 11 février 2011 entre l’Université Paris Descartes et le CNRS.

Un partenariat scientifique innovant dans de multiples disciplines
Cette collaboration touche à de multiples disciplines : la chimie, les mathématiques, les sciences humaines et sociales, les sciences cognitives, les sciences biologiques. Dans chacun de ces domaines, le CNRS et l’Université Paris Descartes sont cotutelles d’unités mixtes de recherche. Ils les co-pilotent et leurs attribuent des moyens matériels et humains. « Les objectifs partagés par les deux établissements et les conditions de leur mise en oeuvre sont l’objet même de la signature du contrat quadriennal » précise Axel Kahn, président de l’Université Paris Descartes.

Par conséquent, ce contrat inclut la définition commune des grandes priorités scientifiques. Il énumère les formations de recherche s’employant à réaliser ces priorités. Ainsi, les deux établissements s’entendent pour améliorer leur collaboration afin de simplifier au maximum les tâches dévolues aux chercheurs, enseignants-chercheurs, administratifs, ingénieurs et techniciens des unités mixtes de recherche. A ce titre, leur gestion sera progressivement déléguée à une seule des cotutelles : soit l’université, soit le CNRS. La gestion des laboratoires sera désormais assumée par son hébergeur.

Une telle simplification gestionnaire et administrative n’aura aucune incidence sur le rôle respectif de l’université et du CNRS en tant qu’organismes co-pilotant la recherche. L’université est consciente du rôle essentiel joué par le CNRS et les autres organismes de recherche dans la poursuite de ses missions. De son côté, le CNRS est déterminé à remplir son rôle éminent d’opérateur national principal de la recherche française, à la fois dans sa collaboration avec les universités, mais aussi, par son implication dans le développement des sites universitaires d’enseignement supérieur et de recherche. A ce titre, « l’Université Paris Descartes, membre du PRES Sorbonne Paris cité, et le CNRS sont pleinement associés dans leur stratégie
de réponse aux appels d’offre lancés dans le cadre des investissements d’avenir » conclut Axel Kahn.