Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Un nouveau médiateur pour prédire la progression des maladies rénales chroniques

22/10/2010

Deux à 3 millions de Français souffrent de maladies chroniques des reins, ces organes vitaux qui filtrent le sang. Ce mois-ci dans The Journal of Clinical Investigation, l’équipe de Fabiola Terzi de l’unité mixte de recherche « Centre de Recherche Croissance et Signalisation » (Inserm 845, Université Paris Descartes) révèle la découverte d’un nouveau médiateur de la progression des maladies rénales chroniques. Il s’agit d’une protéine de transport sécrétée par le rein qui accélère la dégradation rénale. La mesure de son excrétion dans les urines est susceptible de prédire l’évolution de la maladie chez l’Homme, un enjeu majeur pour les personnes atteintes de ces maladies silencieuses dont le diagnostic est souvent tardif. Les résultats, parus dans le numéro d’octobre de la revue, sont disponibles à l’adresse http://www.jci.org/articles/view/42004

Les maladies rénales chroniques (MRC) se caractérisent par l’atteinte progressive de la fonction du rein. Les reins ont plusieurs fonctions essentielles à l’équilibre de l’organisme : l’élimination des déchets toxiques dans les urines, le contrôle de l’équilibre hydrique et minéral, la sécrétion d’hormones, d’enzymes et de vitamines. Ces fonctions sont assurées par les unités fonctionnelles du rein, les néphrons. En entraînant progressivement la réduction du nombre de néphrons fonctionnels, les MRC aboutissent à une insuffisance rénale terminale, pour laquelle il n’existe à ce jour aucune thérapie efficace en dehors de la dialyse et de la transplantation rénale.

Fabiola Terzi et ses collaborateurs de l’unité mixte de recherche « Centre de Recherche Croissance et Signalisation » (Inserm 845, Université Paris Descartes) se sont penchés sur l’étude des mécanismes moléculaires peu connus de la progression des MRC. En utilisant deux souches de souris réagissant différemment à la réduction du nombre de néphrons, ils ont montré que le gène codant la Lipocaline 2 (Lcn2) joue un rôle essentiel dans la progression de la maladie. En effet, la protéine Lcn2 s’exprime plus fortement dans la souche développant des lésions rénales sévères et son expression est liée à l’intensité des lésions. Plus importante encore, 22 Octobre 2010 l’équipe a montré que l’inactivation du gène Lcn2 prévient la progression des lésions rénales lors d’une réduction du nombre de néphrons.

L’équipe de Fabiola Terzi a élucidé la voie moléculaire par laquelle la Lcn2 conduit à la destruction du rein. Lcn2 est un acteur-clé de la voie de  signalisation activée par le récepteur d’un facteur de croissance, l’EGFR, connu pour favoriser la progression des MRC. L’activation de ce récepteur induit la production de la protéine Lcn2 qui, à son tour, agit comme médiateur en favorisant la prolifération cellulaire qui précède le développement de lésions rénales et à la formation de kystes. Chez l’homme, les chercheurs ont montré que cette protéine est aussi produite en quantité anormalement élevée dans le rein des malades atteints de MRC et que sa présence dans les urines est étroitement associée à la progression rapide vers l’insuffisance rénale terminale. Pour Fabiola Terzi et ses collaborateurs, il s’agit d’« une découverte très importante pour les patients atteints de MRC car l'excrétion
urinaire de ce médiateur est capable de prédire l'évolution de la maladie. »

Cette avancée est d’autant plus essentielle pour les malades, que la plupart des patients atteints de MRC ignorent leur maladie : elle ne provoque généralement aucun symptôme perceptible avant un stade avancé et à ce jour, il n’existe pas de véritables traitements contre la progression des MRC. Les auteurs envisagent à terme de valider ces premières données par un essai clinique qui pourrait aboutir à la mise en oeuvre de cet outil pour la détection et le suivi des maladies rénales chroniques.

Publication
Lipocalin 2 is essential for chronic kidney disease progression in mice and humans
Amandine Viau1, Khalil El Karoui1, Denise Laouari1, Martine Burtin1, Clément Nguyen1, Kiyoshi Mori2,
Evangéline Pillebout1, Thorsten Berger3, Tak Wah Mak3, Bertrand Knebelmann1, Gérard Friedlander1,
Jonathan Barasch2 and Fabiola Terzi1
1 INSERM U845, Centre de Recherche “Croissance et Signalisation,” Université Paris Descartes,
Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France.
2 Department of Medicine, Columbia University, New York, New York, USA.
3 The Campbell Family Institute for Cancer Research, University Health Network, Toronto, Ontario,
Canada.
The Journal of Clinical Investigation octobre 2010 http://www.jci.org/articles/view/42004