Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

septembre 2011

  • 23 septMondialisation : les marchés contre les Etats

    23 sept 2011
    Séminaires/Colloques

    Séminaires du Centre de Recherche des Cordeliers présenté par Alain de TOLEDO, Université Paris VIII.invité par Chantal CRÉMISI

    Résumé :

    La mondialisation ça n’existe pas. Bien évidemment cette affirmation est provocatrice : tout le monde constate les délocalisations d’usines dans des pays à bas salaires. Si les salariés s’en plaignent les consommateurs profitent de marchandises bon marché. Personne ne conteste non plus les bénéfices pour l’emploi d’entreprises américaines, allemandes, japonaises ou même chinoises. Ainsi cette mondialisation, qui a bien d’autres aspects que les seuls phénomènes économiques, semble avoir du pour et du contre et pour en parler sérieusement il faudrait en faire un bilan objectif et exhaustif. Mais pour cela il faut auparavant répondre à une question : qu’est-ce que la mondialisation ? Pour la plupart des économistes la réponse se résume à l’existence d’un marché mondial des capitaux et des marchandises avec pour conséquence que « les marchés » seraient aujourd’hui bien plus puissants que les Etats : il y a 20 ans « les marchés » faisaient chuter la Livre sterling, aujourd’hui ils attaquent la Grèce… Leur force serait justement d’être mondiaux alors que les Etats engoncés dans leurs territoires nationaux seraient incapables de résister. Pour contester cette théorie dominante chez les économistes il faut faire un large détour théorique et historique pour comprendre comment s’est mis en place ce nouveau système productif qui a pris naissance à la sortie du moyen-âge. On comprend alors que marché et Etat forment un couple, certes en rivalité permanente mais totalement indissociable. Ainsi notre thèse est qu’il n’y aura de marché mondial que lorsqu’il y aura un Etat mondial : la mondialisation n’est pas pour demain.

     

    Lieu : Centre de Recherche des Cordeliers, 15 rue de l’Ecole de médecine, Paris 6e, dans l’amphithéâtre BILSKI-PASQUIER à 12h