Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Un tyrannosaure à l’Université !

On a tous aimé se déguiser un jour, un soir pour un instant de fête. Se déguiser pour étudier, ça c’est une autre histoire ! Et pourtant en cette première semaine de rentrée, me voici transformée. J’aurais préféré endosser le rôle de Wonder Woman mais là, franchement, j’ai beau réfléchir, c’est plutôt Sue le Tyrannosaure femelle qui me vient à l’esprit.

J’ai le sentiment d’être catapultée dans cette université et d’être exposée, comme Sue, dans un musée. Si le visiteur prenait le temps de s’arrêter pour lire le panneau, il découvrirait ceci : « Valérie, 45 ans, mariée et maman, nouvelle étudiante à la faculté ». Ce décalage millénaire me place là où peu de personne de mon âge ose aller, c’est-à-dire dans l’inconfortable distorsion générationnelle.Tout a commencé quelques semaines auparavant. Curieuse et excitée à la fois de récupérer ma carte étudiante, je me retrouve face à ma quatrième et dernière interlocutrice qui me demande si j’ai bien une photo de ma fille pour valider la carte. Un large sourire bienveillant et un zeste d’humour ont été nécessaire pour désamorcer ce léger malaise. On a beau échanger son tailleur sombre deux pièces contre un jean, rien n’y fait, l’avalanche de « Madame » et de « vous » vous polit sur place. Je demande juste à m’intégrer dans cette antre inconnue !

Pour cette première semaine, j’aimerais avoir la prétention de laisser croire que tout est fluide en déambulant paisiblement dans les étages de la Fac. Comme pour monter au 12ème étage d’une tour de la Défense, je cherche les ascenseurs. Mais là, bloquée pendant quelques secondes à l’intérieur, je réalise qu’il faut un badge salarié. Je me résigne à faire comme tout le monde, à emprunter quatre-vingt-dix fois par jour les escaliers et courir avec une tonne de livres, cahiers et sandwich entre deux cours. Si seulement ces exercices musculaires pouvaient également atteindre la partie de mon cerveau qui alimente les statistiques !  Après des heures de canonnade inter cosmique, mon esprit est décomposé.

Et puis vient la question des prises de note. Comment, avec quels outils ? je prends cela comme un jeu. Je vais acheter mes fournitures avec mon fils qui rentre en CP. Il ne comprend pas très bien ce que maman va faire mais choisir les mêmes crayons et les mêmes cahiers le rend fier. Je suis émue. La concurrence entre le clavier et le stylo n’a pas duré longtemps. J'ai eu un premier choc quand j'ai vu ces étudiants de l'amphithéâtre taper comme des déchainés sur leur clavier d'ordinateur. Force est d’admettre que malgré les premières crampes et autres engourdissements, mon crayon quatre couleurs est bien plus rapide.

Qu’est devenue cette oratrice confirmée, responsable de communication, qui bravait les conseils d’administration, animait des assemblées générales et autres shows. Aux yeux de mes camarades et de certains professeurs, je suis peut-être Sue le T Rex, je suis surtout une femme pleine d’énergie et de nouveaux projets.Le challenge est grand. Qu'importe, je me suis lancée le défi de recommencer pour mieux avancer. Et comme le disait Charles Darwin : « Ce n'est pas le plus fort de l'espèce qui survit, ni le plus intelligent. C'est celui qui sait le mieux s'adapter au changement ».

Quelques chiffres :

En France, près de 7 millions de personnes(1), soit 26 % des actifs, auraient changé d’emploi en 2015, selon une enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1000 personnes. Selon l’INSEE, une personne qui entre aujourd’hui dans le monde de l’emploi changera en moyenne 4,5 fois d’employeurs au cours de sa carrière. Le phénomène des reconversions professionnelles est largement répandu sur le marché du travail et ne cesse d’augmenter. Ainsi, selon une autre étude(2), 60% des personnes interrogées affirment qu’elles ont déjà changé une fois au mois d’orientation professionnelle, qu’il s’agisse du métier ou de secteur d’activité. Et 30% affirment l’avoir déjà fait plusieurs fois.

(1)  Actes du Colloque du COE en 2013 (COE) et Etude conduite par IPSOS-AFPA. http://www.coe.gouv.fr

(2)  l’institut Opinion Way a réalisé une étude sur la reconversion professionnelle et les enjeux de formation paru courant mars 2014, en collaboration avec l’Afpa (Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes). Pour la réaliser 5000 actifs et 500 chefs d’entreprise et DRH ont été sollicités. http://www.acpi.fr/actualites-portage/4-chiffres-cles-reconversion-professionnelle

Valérie Leclair