Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Association Toastmasters

Formée en 1932 sous le nom de « Toastmasters International » (TMI), cette association à but non lucratif est d’étendue internationale. Alors que les premiers clubs voient le jour aux Etats-Unis, le premier club parisien ouvre ses portes en 1991. Toastmasters International a pour but simple la maîtrise de la prise de parole en public. Même si l’intitulé paraît étonnant : certaines personnes ont besoin d’encadrement et de suivis réguliers pour parler en public ? L’enjeu est tout autre.

En effet, si l’éloquence est le premier art à maîtriser pour devenir un bon Toastmasters, l’attention de l’auditoire se porte sur beaucoup d’autres critères que l’on retrouve quotidiennement dans notre société.

A l’heure de la multiplication des réseaux sociaux, de la rapidité des échanges et de la circulation d’images que notre société actuelle prône comme « modèles », savoir « être en public » s’avère un élément clef de la réussite sociale.

De ce fait, Toastmasters n’apprend pas simplement à « parler » mais également à « être » en société. Certaines postures et us de langage sont donc à bannir, tandis que certaines tournures de phrases et gestes symboliques à accentuer. Ainsi, s’il est nécessaire de tendre l’oreille pour déceler quelques hésitations ou familiarités, il est tout aussi important de privilégier sa vue et porter son attention sur les agissements de l’orateur. La posture et le bien parler sont tous deux indicateurs de stress, d’hésitation et de manque de confiance.

La « méthode Toastmasters » fonctionne grâce à l’articulation d’improvisations, de discours préparés et présentés à un auditoire et enfin d’évaluations des prestations d’autres membres. Tout autant d’exercices qui doivent être maîtrisés pour être efficaces dans n’importe quelle situation de la vie courante.

Parmi les adhérents, nous découvrons des hommes et femmes de tout âge et de toute orientation professionnelle. Certaines personnes à la retraite sont habituées du club et viennent partager leur expérience avec les nouveaux venus, encore un peu trop timides. D’autres sont cadres et se sont inscrits suite à une inespérée promotion. Bien souvent, on remarque que la prise de parole en public apparaît comme un enjeu réel dans le milieu du travail, ou simplement dans un but de reconnaissance sociale.

Et les progrès sont réels. Des habitués me confient leur expérience initiale dans l’association. Ils avaient peur de s’exprimer, honteux sans avoir même émis le moindre son. Ils étaient effrayés à l’idée qu’on les juge. Et désormais les voici, meilleurs orateurs du club, ils s’expriment avec plus d’éloquence et de facilité qu’un politicien.

Si l’association aide ses membres dans le milieu du travail à obtenir de hautes responsabilités, le bénéfice est avant tout personnel. Désormais, les habitués n’ont plus peur de s’exprimer en public. Ils maîtrisent leur corps, leur voix et peuvent faire passer des messages.

Ils rencontrent moins d’obstacles dans la vie courante et sont même davantage reconnus.

De ce fait, au-delà d’une volonté de s’élever dans la hiérarchie de son travail, c’est dans un désir plus large de reconnaissance sociale que les membres de Toastmasters s’inscrivent.

Actuellement, dans une société où l’on juge davantage la forme du discours au fond, l’habit d’une personne à ses valeurs, la maîtrise de son corps, de sa parole et sa confiance en soi sont des clefs nécessaires à son acceptation en tant qu’individu d’intérêt.

Lisa Milani