Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

A la rencontre des Sciences Sociales

Fondée en 1971 et récemment devenue membre du PRES Sorbonne Paris Cité, l’Université Paris Descartes se caractérise par son éclectisme, proposant des formations allant du droit à la psychologie en passant par la médecine... Au beau milieu de cette effervescence du savoir, il existe une faculté peu connue, peu reconnue, et marginalisée… je veux vous parler de la faculté des sciences sociales ! Les Petits Papiers vous proposent de mieux la découvrir.

On y enseigne la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la démographie ainsi que la philosophie, et j’en passe. Néanmoins, nombre de nos camarades de promotion se posent des questions sur leur avenir, puisque constamment confrontés aux réflexions de leurs entourages. « Mon père, me pose toujours la question après trois ans de licence sur les débouchés qu’offrent l’anthropologie », me dit Marie D, 22 ans, en L3 de Sciences Sociales. Il est vrai que la licence en sciences sociales offre des débouchés incertains, si elle n’est pas poursuivie d’un master mais ce n’est pas pour autant une filière totalement fermée.

Alors, ringardes les sciences sociales ? Ce n’est pas l’avis de Vincenzo Cicchelli, sociologue et maître de conférences à la faculté des sciences sociales de l’Université Paris Descartes. « Les étudiants ont tort de s’inquiéter car les possibilités d’emplois sont nombreuses à condition de maîtriser parfaitement certains fondamentaux comme la méthodologie et  les techniques de l’enquête sociologique et de parler plusieurs langues ».  Et lorsqu’on interroge ce passionné sur les raisons qui l’ont poussé à devenir sociologue, ce dernier nous répond : « J’ai trouvé dans la sociologie des réponses aux questions de la société que d’autres disciplines ne pouvaient m’apporter. Cette science requiert une connaissance directe du monde et non pas une sensibilité personnelle. Nous vivons dans une société globale ce qui nécessite un élargissement conséquent des horizons des sens que nous apporte une sociologie globale ».

Depuis quelques années, elles commencent à devenir plus accessibles et mieux connues du grand public ; certains magazines de vulgarisation scientifique, des sites web, des ouvrages et des revues leurs sont dédiés et proposent des approches intéressantes.

Alors, pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient se lancer dans ce type d’études, ne vous découragez pas ! Notre université propose un cursus pluridisciplinaire qui va de la première année de licence jusqu’au doctorat. Venez nombreux affronter l’austère bâtiment Jacob du Centre Universitaire des Saints Pères, et une fois franchi les ascenseurs en panne et de les couloirs sombres et décrépis, vous découvrirez les trésors de savoir et de culture de notre faculté !

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site internet de la faculté

Encadré :

Anthropologie, ethnologie, sociologie ? Quelles sont les différences entre ces disciplines ?

La sociologie et l’anthropologie sont récentes puisqu’elles se constituent en tant que disciplines scientifiques au cours du XIXème siècle.

Jean-Michel Morin, professeur au département de sciences sociales, nous apporte quelques précisions concernant la sociologie :

 

Jean-Michel Morin

 Jean-Michel Morin

« La sociologie consiste à analyser nos manières de vivre, agir ou croire ensemble. Autrement dit, elle recouvre l'étude des mœurs, des actions collectives, des relations de pouvoir, des règles, des valeurs et des visions du monde que nous adoptons. La méthode pour expliquer un phénomène social revient à comprendre les actions et croyances qui le composent et qui dépendent des raisons des acteurs dans le contexte qui est le leur. Concrètement, la démarche s'applique à de nombreux domaines : politique, mouvements sociaux, organisations, familles, santé, consommation, travail, villes et campagnes, cultures et communications, sciences et connaissances, migrations et mondialisation, etc. »

L’anthropologie, souvent appelée également ethnologie, vise davantage à une étude comparée des différentes sociétés, et les premiers ethnologues s’intéressaient particulièrement aux sociétés dites « exotiques » ou « primitives ».

Pour étudier les phénomènes sociaux, le travail de terrain est indispensable ; le sociologue ou l’ethnologue mène une véritable enquête en utilisant plusieurs techniques telles que l’observation, l’entretien, la passation de questionnaires…de façon à appréhender le mieux possible l’objet de ses recherches, l’homme, dans toute sa complexité sociale.

 

Oumama El Bakali et Alizée Delpierre