Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Coin des auteurs - course à pied

par Pierre Pardessus

Certains grands courageux, parmi les plus lèves-tôt, feront quotidiennement l’ouverture du Luco. Ceux qui comptant les tours estiment leur endurance jugeront le Parc Monceau de bien meilleure convenance. Ils pourront sans danger visiter en vacances le square des Batignolles ou celui de Belleville : l’égo y est flatté comme nulle part dans la ville. Les plus aventuriers, au-delà du périf’, promèneront dans les bois, à Boulogne ou Vincennes. Autour des lacs d’abord, et puis prenant confiance, jusqu’au Pré Catelan, et l’allée de Longchamp. Jusqu’au lac des Minimes ou avenue de Nogent. Après, ça va sans dire, ce serait Champigny, ou bien Neuilly, ou pire, et pas un parisien n’osera me contredire : rien n’est plus odieux que de s’perdre en banlieue. Les plus endimanchés profitent, au soleil, du footing de 11h les dimanches sans sommeil.

D’ Invalides à Concorde, à courir sous les ponts. Sans voiture c’est plus calme, on est bien plus serein. Mais le Louvre, c’est trop loin ; le 7e, c’est très bien. Alors pour le retour, c’est Boulevard Saint Germain. Parlons aussi des vrais, déguisés en chameau, qui transhument dans la ville une poche d’eau sur le dos. La distance est correcte de Bercy à Maillot. De Montrouge à Saint-Ouen ? Alors pitié, au moins, passons par les Gobelins. Et puis, les plus esthètes, amoureux de la ville, iront chercher la vue au sommet des collines : les buttes Chaumont leur offre un point d’vue dégagé, mais c’est au Sacré-Cœur qu’on trouve la vue, la vraie, et en prime une montée pour se faire les mollets. Les mieux orientés, hors des sentiers battus, trouveront la poésie au fil des petites rues : esquivant les nippons sur l’Ile de la Cité, ils remonteront la Seine le long des quais pavés, vers le Jardin des Plantes. Voire, si ça les enchante, vers Bastille puis Nation. Le square Tino Rossi est le parfait rencard pour les amateurs d’art.

Et s’il n’est pas trop tard, vous en verrez parfois à courir vers Rochechouart. Et ainsi on peut suivre presque n’importe quelle piste, un principe se retrouve que l’on apprend très vite : à Paris à toute heure, pas une rue ne résiste, il y a des coureurs comme il y a des touristes...

Les coureurs de Paris Descartes

Ainsi ce ne sont pas les 40 000 inscrits à l’édition 2010 du Marathon de Paris qui vous diront le contraire : les runners, les joggeurs, sprinteurs, trailers et coureurs en tous genres qui usent leurs semelles sur l’asphalte et les sentiers de la capitale ne sont pas une espèce en voie de disparition. Grand bien en face à nos collègues podologues et kiné. Les étudiants de Paris Descartes mettent la main à la pâte et se retrouvent régulièrement pour courir avec le groupe des Coureurs de Descartes. Une occasion simple de faire du sport, de prendre un peu l’air et de découvrir quelques petits itinéraires de promenades sympas pour varier les plaisirs si vous en avez marre de tourner en rond dans le même bocal. Pour connaître les dates et les lieux de rendez-vous, rendez vous sur notre page des Carnets de Descartes .