Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Prix Goncourt 2011 - L'Art français de la guerre

 

Avez-vous entendu parler de M. Alexis Jenni ?

C'est l'auteur de l'Art français de la guerre, qui a reçu le prix Goncourt le 2 novembre. Et c'est de ce livre dont j'aimerais vous parler ici. Vous le trouverez dans les bibliothèques, ou dans toutes les librairies à 21 €.

Quel est le propos du livre ?

L’auteur nous explique notre époque à travers le prisme de la décolonisation. La narration nous amène à suivre M. Salagnon et montre comment la peinture sauve son âme au gré des guerres qui le mèneront aux quatre coins du monde.

Six parties de « roman », et sept de « commentaires » s’alternent tout au long du volume. Les commentaires traduisent les pensées du narrateur ; deux écritures distinctes coexistent ainsi. Elles se rejoignent par un certain plaisir du romancier à employer, ici ou là, un mot bizarre, rare, précieux, spécialisé ou argotique, et dans une tendance à écrire les obsessions des personnages en recopiant les phrases.

Il se peut que vous ne trouviez pas le style toujours agréable, mais vous apprécierez certainement l'exactitude de certains détails, scientifiques par exemple (Alexis Jenni est professeur de SVT et ça se sent parfois quand on le lit). Vous goûterez peut-être l'absence de phrases-fleuves : l'auteur aime la précision, les formules, les images qui frappent, et s'il aime aussi les accumulations, il évite les épanchements interminables.

Conseils de lecture.

Comptez au moins une douzaine d'heures pour venir à bout des 660 pages du volumes.

Il n'est pas possible de le lire « miette à miette » (deux pages par jour par exemple) : il faudrait un an, et on ne comprendrait rien. Suivez, si  possible, les divisions aménagées par l'auteur, mais attention, les parties sont assez longues, entre 20 et 100 pages (pas toujours pleines d'action).

En résumé, cette œuvre enchantera les passionnés d'histoires de guerre, elle pourra également plaire à quelques romantiques, toutefois je trouve qu'elle manque un peu d'humour, et de féminité : à vous de juger !

Anthony Sun