Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

L’invention des sans-papiers

L'intervention des sans papiers

Une dissemblance notoire apparaît entre l’immigré clandestin, glorieusement hors la loi puisqu’épreuve extrême des réalités de l’exploitation capitaliste, figure étendard des mobilisations gauchistes des années 1970, et le sans-papiers contemporain, c’est-à-dire celui que l’on a privé de Droits et dont on n’a pas respecté l’humanité. Hier, l’exploitation. Aujourd hui l’exclusion, la relégation, la reconnaissance de l’autre dans son identité particulière, et ce plus particulièrement s’il est porteur de stigmates, de témoignages du « mépris social ». Les luttes contemporaines de sans-papiers n’affirment pas une autre vérité.
Ce changement de paradigme politique, tout entier dominé par la question des droits de l’Homme, marque une étape de l’individualisme démocratique et de l’affirmation, corrélative, d’une démocratie des droits de l’Homme.

Philosophe et politiste de formation, Thierry Blin est maître de conférences en sociologie, chercheur à l’IRSA (Montpellier III) et chercheur associé au GEPECS (Paris V). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la sociologie phénoménologique, dont Requiem pour une phénoménologie (Éditions du Félin, 2010), ainsi que de l’introduction et de la traduction d’articles d’Alfred Schütz publiés sous le titre Essais sur le monde ordinaire (Éditions du Félin, 2007).