Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

La professionnalisation, pour une université «utile» ?

 La professionnalisation, pour une université «utile» ?

Par Catherine Agulhon, Bernard Convert, Francis Gugenheim, Sébastien Jakubowski

Longtemps circonscrite à certaines filières, la « professionnalisation » des enseignements universitaires se diffuse dans l’ensemble de l’Université. Toutes les disciplines, de la  philosophie à la biologie moléculaire, doivent désormais définir les finalités de leurs enseignements en termes de compétences et de "débouchés" professionnels ; toutes proposent à leurs étudiants des techniques de "définition de projet personnel" ou de recherche d'emplois ; tous les étudiants de licence sont invités à faire des stages....

Sur cette « professionnalisation », la communauté des universitaires est partagée. Les uns n'ont pas attendu qu'on leur assigne cette mission pour l'accomplir, d'autres, plus récemment convertis, s'y engagent avec zèle, d'autres encore résistent, dénonçant une mise en péril des missions traditionnelles des universités et de l'identité professionnelle des universitaires. Nous nous proposons dans cet ouvrage de parcourir les différents aspects de cette « professionnalisation » sur la base d’études de terrain portant sur deux académies aux contextes contrastés : l’une, l’Académie de Lille, où l’environnement industriel ancien a marqué depuis longtemps les  liens entre le monde socio-économique et l’Université, notamment dans les domaines scientifiques et techniques ; l’autre, l’Académie de Bretagne, où la « professionnalisation » de l’Université est plus récente. Nous verrons que si la « professionnalisation » n’est pas sans effets pervers, donnant souvent naissance à des formations trop étroitement adaptées à des besoins professionnels à court terme, elle peut, quand elle est bien menée, redonner à l’Université l’initiative dans la définition même des besoins professionnels, l’Université retrouvant ainsi certaines de ses missions traditionnelles : s’emparer sans cesse de domaines professionnels pour en faire l’objet d’une connaissance rationnelle, inventer constamment de nouveaux domaines de l’activité humaine.

Catherine Agulhon est maître de conférences en sciences de l’éducation à Paris Descartes Cerlis.

Bernard Convert est directeur de recherche en sociologie au Clersé à Lille 1.

Francis Gugenheim est ancien directeur de l’OFIP à Lille 1.

Sébastien Jakubowski est maître de conférences en sociologie à Agrosup, à Dijon.