Bienvenue sur le site de l'université Paris Descartes

Controverses de Descartes 2013

17/12/2013

Alors que les résultats PISA publiés révèlent l’écart croissant entre bons élèves et élèves en difficulté, les Controverses de Descartes, journée de débats contradictoires,  proposeront un éclairage expert sur cette question. Sous le haut patronage de Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, cette journée est organisée par le Centre International de Formation à Distance (CI-FODEM) de l’Université Paris Descartes, les Éditions Nathan et la Fondation SNCF.

Les thèmes abordés sont aussi divers que la langue française , les petits enfants, le divorce scolaire et la morale laïque.  Chaque controverse dure 1h10. Elle réunit ou... oppose deux personnalités qui disposent chacunes de 20 minutes pour défendre leur point de vue. 30 minutes sont laissées à la discussion avec la salle.

Avec : Jean Marie Petitclerc, Serge Boimare, Philippe Jeammet, Jean-Paul Brighelli, Boris Cyrulnik, Vivianne Bouysse, Alain Bentolila, Claude Hagege, Vivianne Bouysse et Pierre Lena. Les controverses seront animées par Louise Tourret, journaliste et productrice de l'émission "Rue des Ecoles" sur France Culture

Cette journée sera clôturée par une table ronde "Refuser la fatalité de l'échec", avec François Bayrou, Alain Bentolila, Pierre Lena et Philippe Jeammet.
Inscription gratuite et obligatoire en ligne: https://docs.google.com/forms/d/1jYvJs1PP2LPNTd9kS87xnOMti5qHOlkH8WhMRiBeI3A/viewform

Programme :

10h00 - 1ère controverse : "Qu'est-ce que la morale laïque ?"
Jean Marie PETITCLERC, Responsable de l'association VALDECO
Serge BOIMARE, Professeur de psychologie
La laïcité commença au moment où les hommes décidèrent collectivement d’imposer leur pensée au monde ; le jour où les intelligences singulières des hommes, réunies et exaltées par leur langue commune, entreprirent de défaire nœud après nœud  l’entremêlement mystérieux des principes du fonctionnement et de la cohérence du monde, substituant ainsi l’élévation à la révélation.
Faut-il  aujourd’hui tenter de dresser une liste des règles de morale laïque pour les inculquer à nos élèves  ou bien comprendre que parce qu’elle est laïque, notre école  doit tout mettre en œuvre pour former ses élèves  à une rigueur intellectuelle sans faille en transmettant  aux jeunes intelligences qui lui sont confiées la nécessité d’un équilibre exigeant entre droits et devoirs intellectuels.

11h15 - 3ème controverse :"Que fait-on aujourd'hui des petits enfants ?"
Boris CYRULNIK, éthologue, pédopsychiatre
Vivianne BOUYSSE, inspectrice générale
Un des droits fondamentaux du petit enfant est qu’on porte une attention constante à ce qu’il dit et à ce qu’il fait. Il veut voir dans les yeux de l’adulte que l’on accueille avec vigilance ses tentatives parfois maladroites mais toujours signifiantes. Il demande que l’on s’engage à ses côtés, avec autant de bienveillance, d’exigence que de constance… C’est cette présence attentive, cette écoute affectueuse et lucide, cette parole qui alterne connivence et distance dont sont privés bon nombre d’enfants quelque soit leur appartenance sociale.
Il est vain de regretter avec nostalgie l’heureux temps où tous les petits enfants bénéficiaient plus longtemps de la chaleur d’un foyer familial élargi. La seule question qui mérite aujourd’hui d’être posée est la suivante : comment assurer, à un moment crucial du développement d’un enfant, une qualité d’accueil et d’accompagnement qui lui donne les meilleures chances d’épanouissement ?

14h00 - 2ème controverse :"Qu'est-ce que le divorce scolaire ?"
Philippe JEAMMET, professeur de psychiatrie, Jean-Paul BRIGHELLI enseignant, essayiste
Comment prouver jour après jour et de façon concrète à ces dizaines de milliers de jeunes adultes sortant d’un cuisant échec scolaire que la lecture et l’écriture sont les meilleures armes pour forger leur propre destin professionnel et social. Suffit-il de convaincre ces jeunes par des discours moralisateurs vantant les bienfaits de l’écrit ou bien  faut-il leur « faire toucher du doigt » que lire, écrire, argumenter et compter permettent de mieux contrôler ses choix de vie, c’est-à-dire de fixer soi-même ses propres buts. En bref, faire le pari qu’un accompagnement individuel, suffisamment long, associant des adultes d’univers différents, animés d’une même volonté de résilience, peut  répondre à la question que ces jeunes posent obstinément à l’école sans obtenir de réponse : « A quoi cela sert d’apprendre ? »

15h15 - 4ème controverse : "la langue française entre inégalité et diversité"
Alain BENTOLILA, professeur de linguistique
Claude HAGEGE, professeur de linguistique
Toute innovation linguistique contribue-t-elle à enrichir un trésor linguistique disponible pour tous ? Sans cesse renouvelée, la langue française s’enrichirait quotidiennement et serait équitablement redistribuée.
La langue française s’incarne-t-elle au contraire dans le langage d’hommes et de femmes dont les pouvoirs linguistiques respectifs sont devenus tellement inégaux que la notion même d’intelligence collective risque de se trouver gravement mise en cause ?
Les différents registres du langage ne s’additionnent-ils  que pour ceux qui, les possédant tous, en jouent en virtuoses alors que, pour beaucoup, ils séparent , cantonnent, opposent, excluent ?
La vraie question, la seule qui doit nous mobiliser, n’est-elle pas de savoir comment distribuer de manière plus équitable le pouvoir linguistique afin que la majorité des enfants de ce pays puissent exprimer leur pensée au plus juste de leurs intentions et recevoir la pensée des autres avec discernement ?

16h30-18h Table ronde conclusive : "Refuser la fatalité de l'échec"
François Bayrou, Ancien Ministre de l’Education Nationale
Alain Bentolila, professeur de linguistique
Pierre Lena, Physicien Académie des Sciences
Philippe Jeanmmet, professeur de psychiatrie

Retrouver les biographies des intervenants dans le dossier de presse à télécharger ci-contre.