Sélectionner une page

Le 05 septembre 2018

L’équipe du Pr Denis Duboc, chef du service de cardiologie de l’hôpital Cochin AP-HP récemment labellisé « Centre constitutif de références maladies rares » et de l’Université Paris Descartes – Sorbonne Paris Cité, a implanté en mai 2018 un dispositif d’assistance ventriculaire gauche chez deux patients, âgés de 20 et 40 ans, atteints d’une myopathie (Duchenne et Becker), présentant une insuffisance cardiaque réfractaire et non éligibles à ce stade à la transplantation.

Cette première en France a été menée en collaboration avec les services de chirurgie cardiaque (Dr Jean-Michel Grinda), d’anesthésie-réanimation (Pr Bernard Cholley) et de réanimation médicale (Dr Nadia Aissaoui) de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP ; les services de réanimation médicale (Pr Djillali Annane) et de neurologie (Pr Pascal Laforêt) de l’hôpital Raymond-Poincaré AP-HP ; ainsi que l’équipe du Pr Bruno Eymard, de l’Institut de myologie (Inserm/Sorbonne Université) à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP.

Un dispositif d’assistance ventriculaire gauche ne peut être mise en place que lorsque la seule partie gauche du cœur est défaillante et que lorsque le processus myopathique respecte le cœur droit. Une évaluation très précise doit donc être réalisée avant l’intervention pour déterminer les patients éligibles à ce type d’assistance.

C’est la première fois que cette approche thérapeutique est proposée à des patients atteints de cardiomyopathies réfractaires dans le cadre de myopathies systémiques. De plus, ce système est généralement mis en place pour des patients en attente de transplantation, or les deux patients opérés ne pouvaient pas à ce stade bénéficier d’une transplantation.

Contact :

Responsable des relations presse
Pierre-Yves CLAUSSE
01 76 53 17 98
06 51 67 84 83
Courriel: presse@parisdescartes.fr

Ils ont été suivis par l’équipe du service de cardiologie de l’hôpital Cochin AP-HP (Dr Karim Wahbi et Pr Benoît Diebold) et opérés par les équipes de chirurgie cardiaque et de réanimation médicale de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP.

L’intervention se déroule sous circulation extra corporelle mise en place par une mini sternotomie : le sternum est partiellement ouvert, dans sa partie haute, afin de limiter les conséquences sur la mécanique ventilatoire de ces patients fragiles sur le plan respiratoire. La pompe miniaturisée (modèle Heart Mate 3 développé par Heart Ware) est mise en place à la pointe du cœur, et le sang aspiré par la pompe est réinjecté dans l’aorte à l’aide d’une canule. Une fois le système en place et les voies d’abord refermées, il ne reste qu’un câble qui ressort par un minime orifice abdominal relié à un système de batterie pour assurer l’alimentation, les réglages et la surveillance du bon fonctionnement de la pompe.

Les deux patients vont bien et sont rentrés chez eux, après s’être familiarisés avec le fonctionnement de l’appareil. Ils feront l’objet d’un suivi régulier à partir de septembre 2018 en hôpital de jour à l’hôpital Cochin AP-HP.

Si ces premiers résultats positifs se confirment, cette assistance pourrait être prochainement proposée à d’autres patients éligibles souffrant de cardiomyopathies réfractaires associées à leur maladie musculaire.

À propos de l’AP-HP :
L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.
http://www.aphp.fr

À propos de l’Institut de Myologie :
Né en 1996 sous l’impulsion de l’AFM-Téléthon, l’Institut de Myologie est un pôle de recherche, de soins et d’enseignement sur le muscle et ses maladies. En partenariat étroit avec Sorbonne Université, l’Inserm, l’AP-HP, le CNRS et le CEA,  il regroupe environ 250 médecins, chercheurs, ingénieurs, techniciens et autres experts du muscle. Il développe notamment des moyens d’investigation performants pour le diagnostic et les soins, la recherche clinique et le développement de nouvelles thérapeutiques. C’est aujourd’hui un centre de référence international pour le diagnostic, la prise en charge et les essais cliniques des maladies du muscle.

A propos de l’Université Paris Descartes :
L’Université Paris Descartes, l’université des sciences de l’Homme et de la santé à Paris. Avec ses 9 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et son IUT, l’Université Paris Descartes couvre l’ensemble des connaissances en sciences de l’Homme et de la
santé. Seule université francilienne réunissant médecine, pharmacie, dentaire et maïeutique, son pôle santé est internationalement reconnu pour la qualité de ses formations et l’excellence de sa recherche.