Sélectionner une page
Se soigner au Japon : plantes et pharmacopée (XVIIe-XXe siècle)
au Musée d’Histoire de la Médecine – Exposition du 22 octobre 2018 au 9 janvier 2019

« L’exposition revisite trois siècles d’échanges scientifiques entre Orient et Occident à travers une sélection d’ouvrages et d’objets issus des collections patrimoniales de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé, du Musée d’Histoire de la Médecine, du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, du Musée François Tillequin – Collections de matière médicale et de collections privées. Organisée selon un récit en trois temps, elle évoque les plantes médicinales japonaises et la pharmacopée, la figure de Junichirô Shimoyama (1853-1912), fondateur de la pharmacie japonaise moderne et aborde enfin des approches thérapeutiques typiquement japonaises. »

Voir le flyer

Dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de l’ère Meiji et du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France.

 

Informations pratiques :

Musée d’Histoire de la Médecine – Université Paris Descartes

12, rue de l’École de Médecine – 75006 Paris ; 2e étage

Horaire d’ouverture : du lundi au samedi – sauf jeudi – de 14h à 17h30

Gratuit pour le personnel de Paris Descartes.

 

 

 

Organisée selon un récit en trois temps, l’exposition évoque les plantes médicinales recensées dans la pharmacopée japonaise ou étudiées par les voyageurs et savants européens qui s’aventurent jusque dans l’archipel. Elle se concentre ensuite sur la figure de Junichirô Shimoyama, fondateur de la pharmacie japonaise moderne. Ce fils de samouraï, né à Inuyama en 1853, commence ses études de pharmacie à l’Ecole de médecine de Tokyo avant de rejoindre en 1883 l’Université de Strasbourg, alors annexée à l’Empire germanique. Ses principaux travaux portent sur la quinine et le riz glutineux (« Chizo-Mozi »), auquel il consacre sa thèse de doctorat en 1886. De retour au Japon, il milite pour la création d’un enseignement spécifique de la pharmacie, séparément de la médecine. Il participe à l’édition de la première pharmacopée japonaise en 1886  et fonde son propre laboratoire de recherche. Enfin, l’exposition aborde différentes approches thérapeutiques typiquement japonaises : le moxa et la médecine Kampo. La médecine Kampo est une médecine traditionnelle japonaise issue de la médecine traditionnelle chinoise et fondée essentiellement sur l’utilisation de plantes. Elle est encore intégrée aujourd’hui au système de santé japonais.