Sélectionner une page

Le 09 avril 2019

Un consortium d’experts internationaux coordonné par le Pr Hervé Bachelez, du service de dermatologie de l’Hôpital Saint-Louis AP-HP, de l’Université Paris Diderot et du laboratoire de génétique des maladies cutanées (Inserm / Université Paris Descartes) à l’Institut Imagine, en collaboration avec les membres du Centre d’Investigations Cliniques dirigé par le Pr Jean-Jacques Kiladjian, ont mené une étude à promotion industrielle par les laboratoires Boehringer-Ingelheim.

Un essai thérapeutique multicentrique international sur sept malades atteints de psoriasis pustuleux généralisé a permis de démontrer la bonne tolérance et l’efficacité rapide d’une perfusion d’une dose unique d’un anticorps monoclonal qui bloque le récepteur de l’interleukine-36, responsable de l’inflammation cutanée et générale, l’empêchant ainsi de s’exprimer. Les résultats de ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans le New England Journal of Medicine.

Le psoriasis pustuleux généralisé (PPG) est une pathologie inflammatoire orpheline grave caractérisée par des poussées imprévisibles comportant une inflammation cutanée avec des pustules non infectieuses diffuses. Elle peut s’accompagner de fièvre souvent élevée et d’atteintes possibles d’autres organes de type hépatobiliaires et/ou respiratoires, voire entrainer un état de choc pouvant aller jusqu’au décès.

Les traitements approuvés pour traiter la forme la plus fréquente de psoriasis, dite « en plaques » ou « vulgaire », sont peu efficaces ou inefficaces pour traiter le psoriasis pustuleux.

Contact :

Responsable des relations presse
Pierre-Yves CLAUSSE
01 76 53 17 98
06 51 67 84 83
Courriel: presse@parisdescartes.fr

De précédents travaux, menés il y a 8 ans par des équipes de l’Hôpital Necker-Enfants malades AP-HP, de l’Inserm et de l’Hôpital Hedi Chaker (Tunisie), avaient permis d’identifier, chez les patients atteints de psoriasis pustuleux, des mutations du gène IL36RN connu pour jouer un rôle important dans le contrôle de l’inflammation cutanée.

Les sept malades atteints de psoriasis pustuleux généralisé, dont trois présentaient une mutation du gène IL36RN, ont été inclus en poussée aiguë de leur maladie dans un essai de phase 1, au sein des services de dermatologie de l’Hôpital Saint-Louis AP-HP et de centres tunisiens, japonais, coréens et malaisiens. Ils ont été suivis pendant 20 semaines après avoir reçu une seule perfusion d’une dose unique de BI 655130, anticorps monoclonal humanisé anti-IL36 récepteur (IL36R). Le critère de jugement principal était la tolérance, les critères de jugement secondaires étaient le degré d’amélioration d’un score global du clinicien (GPPGA), et du Generalized Pustular Psoriasis Area Severity Index (GPPASI), avec des critères de rapidité d’efficacité très exigeants (1 semaine et 4 semaines).

Les résultats de cette étude, qui constitue la première utilisation à visée thérapeutique dans une pathologie humaine d’une stratégie inhibitrice spécifique de l’IL36, ont montré :

> une absence d’effet indésirable notable, ainsi qu’une amélioration très rapide des signes cutanés et généraux, obtenue dès la première semaine chez la totalité des patients.

> une amélioration parallèle des paramètres biologiques comme le taux de C Reactive Protein et le chiffre de polynucléaires neutrophiles sanguins.

De plus, la réponse a été observée aussi bien chez les malades porteurs de la mutation, que ceux indemnes de celle-ci, suggérant le rôle pathogène de l’IL-36 au cours du psoriasis pustuleux généralisé, et ce quel que soit le statut génétique des malades, avec cinq malades sur sept indemnes ou quasiment indemnes de tout signe cutané une semaine après le traitement. C’était le cas chez la totalité d’entre eux quatre semaines après la perfusion.

Bien que cette étude ait été réalisée de manière ouverte, sans comparateur, il s’agit d’une étape cruciale vers la mise au point d’un traitement personnalisé dans cette pathologie auto-inflammatoire grave. Elle ouvre également des perspectives de traitement pour les autres formes de psoriasis pustuleux et d’autres pathologies inflammatoires. 

Des essais randomisés sont en cours actuellement afin de définir de manière plus précise et plus robuste l’efficacité et la tolérance de cette stratégie thérapeutique innovante dans le traitement du psoriasis pustuleux généralisé.

Source : Inhibition of the Interleukin-36 Pathway for the Treatment of Generalized Pustular Psoriasis.
Bachelez H1, Choon SE2, Marrakchi S3, Burden AD4, Tsai TF5, Morita A6, Turki H3, Hall DB7, Shear M8, Baum P8, Padula SJ9, Thoma C8 PMID: 30855749
DOI: 10.1056/NEJMc1811317

À propos de l’Université Paris Descartes :
L’Université Paris Descartes, l’université des sciences de l’Homme et de la santé à Paris. Avec ses 9 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et son IUT, l’Université Paris Descartes couvre l’ensemble des connaissances en sciences de l’Homme et de la
santé. Seule université francilienne réunissant médecine, pharmacie, dentaire et maïeutique, son pôle santé est internationalement reconnu pour la qualité de ses formations et l’excellence de sa recherche.

À propos de l’AP-HP :
L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.
http://www.aphp.fr

À propos de l’Inserm :
Créé en 1964, l’Inserm est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche. Dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine, il se positionne sur l’ensemble du parcours allant du laboratoire de recherche au lit du patient. Sur la scène internationale, il est le partenaire des plus grandes institutions engagées dans les défis et progrès scientifiques de ces domaines.
https://www.inserm.fr/