Sélectionner une page

Le 02 avril 2019

Les athlètes en situation de handicap voient leurs performances sportives de mieux en mieux mises en valeur. Par une meilleure prise en charge médicale, des évolutions technologiques et biomécaniques et un suivi individualisé de l’entraînement, leurs records sont régulièrement battus.

Une étude menée par Julien Schipman, doctorant à l’IRMES – INSEP, Université de Paris &  AP-HP – et publiée dans Frontiers in Physiology, a mesuré l’évolution des performances des para-athlètes.

Les chercheurs ont ainsi déterminé la nature de la relation entre âge et performance et estimé le pic de performance parmi 47 épreuves d’athlétisme (53554 performances) entre 2009 et 2017 chez les para-athlètes féminines et masculins, en dissociant les athlètes « debout » des athlètes « en fauteuil ».

Cette analyse confirme une relation âge-performance similaire à celle des valides, quel que soit le type de handicap et le sexe mais avec un âge plus tardif pour les athlètes en fauteuil. Sur le 100m masculin, l’âge au pic de performance se situe par exemple à 24 ans pour les para-athlètes debout mais à 29 ans pour les para-athlètes en fauteuil, alors que sur le marathon, l’âge au pic, plus tardif – comme chez les valides – se situe respectivement à 33 ans et 36 ans. L’impact, l’origine et le temps d’adaptation au handicap ainsi qu’au matériel utilisé sont autant d’éléments pouvant expliquer ces décalages.

Contact :

Responsable des relations presse
Pierre-Yves CLAUSSE
01 76 53 17 98
06 51 67 84 83
Courriel: presse@parisdescartes.fr

Les auteurs ont également analysé l’âge des athlètes ayant réalisé les 100 meilleures performances depuis 2009 sur l’ensemble des épreuves d’athlétisme. Il en ressort une plus large distribution, toutes épreuves confondues (de 15 à 55 ans), contrairement à ceux des meilleurs athlètes valides (de 20 à 38 ans). Les densités de concurrence jouent très vraisemblablement sur ces intervalles. En effet, les para-athlètes sont moins nombreux ; ils rencontrent parfois des difficultés dans leur environnement, social ou physique, qui ont pour effet une limitation de leurs activités quotidiennes ou des restrictions de participation aux compétitions.

Enfin, les chercheurs ont quantifié les niveaux de performance en jeu. Les records des para-athlètes debout se situent actuellement entre 91 et 95% des records valides mais les athlètes en fauteuil sont tous plus rapides que les valides à partir du 400m. Pour autant, les moyens de locomotion ne sont pas les mêmes…

Au vu de ces résultats et des marges d’amélioration encore envisageables, les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 et de Paris 2024 offriront certainement des performances exceptionnelles.

Il reste important de continuer à développer et à promouvoir des politiques en faveur de l’activité physique ou sportive pour les para-athlètes de haut niveau et les personnes en situation de handicap afin qu’elles puissent retrouver là les émotions liées à la participation à ces compétitions uniques, au plaisir de la victoire parfois, et toujours à l’enthousiasme d’être à nouveau capable de déployer des potentiels insoupçonnés.

Sources:
Age-Related Changes in Para and Wheelchair Racing Athlete’s Performances
Julien Schipman, Pasquale Gallo, Andy Marc, Juliana Antero, Jean-François Toussaint, Adrien Sedeaud, Adrien Marck
Frontiers in Physiology, Mars 2019 doi: 10.3389/fphys.2019.00256
https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fphys.2019.00256/full

À propos de l’Université Paris Descartes :
L’Université Paris Descartes, l’université des sciences de l’Homme et de la santé à Paris. Avec ses 9 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et son IUT, l’Université Paris Descartes couvre l’ensemble des connaissances en sciences de l’Homme et de la
santé. Seule université francilienne réunissant médecine, pharmacie, dentaire et maïeutique, son pôle santé est internationalement reconnu pour la qualité de ses formations et l’excellence de sa recherche.

À propos de l’AP-HP :
L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.
http://www.aphp.fr

À propos de l’Inserm :
Créé en 1964, l’Inserm est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche. Dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine, il se positionne sur l’ensemble du parcours allant du laboratoire de recherche au lit du patient. Sur la scène internationale, il est le partenaire des plus grandes institutions engagées dans les défis et progrès scientifiques de ces domaines.
https://www.inserm.fr/