Sélectionner une page

Le 19 mars 2019

La sérotonine est principalement connue pour réguler nos humeurs. Mais en découvrant que cette molécule est produite au sein de la moelle osseuse et peut agir sur la production des cellules sanguines, des équipes de l’Inserm, de l’Université Paris-Descartes, de l’Institut Imagine et du service d’hématologie de l’hôpital Necker – Enfants malades AP-HP dirigé par le Professeur Olivier Hermine*, révèlent une nouvelle piste thérapeutique pour les syndromes myélodysplasiques, dans Cell Reports.

Tout est parti d’un constat : les patients atteints de syndromes myélodysplasiques ont un taux de sérotonine inférieur à la normale. Et cette déficience semble agir sur la production des cellules sanguines matures, qui est d’ailleurs l’une des caractéristiques de ces pathologies.

Les syndromes myélodysplasiques sont associés à un défaut de la lignée des globules rouges

Contact :

Responsable des relations presse
Pierre-Yves CLAUSSE
01 76 53 17 98
06 51 67 84 83
Courriel: presse@parisdescartes.fr

L’origine des syndromes myélodysplasiques est liée à une anomalie de cellules progénitrices dans la moelle osseuse, au cœur des os. Avant de devenir globules rouges, globules blancs ou plaquettes, les cellules passent par toute une série d’étapes de maturation à partir de ces cellules progénitrices. En l’occurrence, c’est une défaillance au niveau des cellules progénitrices de la lignée des globules rouges qui est observée chez les patients atteints de syndromes myélodysplasiques. Ainsi, ces patients souffrent d’anémie, ce qui nécessite des transfusions régulières et parfois un traitement par érythropoïétine (EPO). En 2012, plus de 4 000 nouveaux cas de syndromes myélodysplasiques ont été diagnostiqués. Ces maladies sont associées à un assez mauvais pronostic, en partie lié aux complications de l’anémie et de ses traitements, mais aussi en raison d’un risque de leucémie aiguë d’environ 30%, avec une survie à 5 ans de l’ordre de 40% en France.

Augmenter le taux de sérotonine pour corriger l’anémie

L’équipe a réussi à démontrer que la sérotonine, une molécule fabriquée par le cerveau et l’intestin, est aussi produite au sein de la moelle osseuse, et qu’elle est indispensable pour une fabrication optimale des globules rouges. 

« Dans les modèles animaux, l’action combinée de l’EPO et de la sérotonine améliore l’anémie, note Francine Côté@, chercheur CNRS dans l’équipe du Pr Olivier Hermine* (Inserm/Université Paris Descartes). En cas de carence en sérotonine, l’administration d’un antidépresseur, comme la fluoxétine, en augmentant les taux de sérotonine, semble pouvoir restaurer le bon fonctionnement de la cellule progénitrice et augmenter la production de globules rouges sains. »

Ainsi, ces recherches suggèrent que la correction du taux de sérotonine chez les patients atteints de syndromes myélodysplasiques, par exemple par un traitement antidépresseur, pourrait permettre une amélioration de leur anémie. Les chercheurs précisent que les antidépresseurs n’ont d’effet que lorsqu’il existe un défaut de fabrication des globules rouges lié à une carence en sérotonine, et donc n’entraînent pas de sur-production de ces cellules.

Comment les syndromes myélodysplasiques éclairent d’un jour nouveau l’action des antidépresseurs

En plus de cette nouvelle piste thérapeutique, cette action jusqu’ici inconnue des antidépresseurs pourrait s’appliquer à d’autres situations d’anémie. L’équipe cherche donc actuellement si d’autres maladies de la moelle osseuse sont associées à une carence en sérotonine, et pourraient ainsi également bénéficier de l’utilisation d’antidépresseurs.

Sources
Enhanced renewal of erythroid progenitors in myelodysplastic anemia by peripheral serotonin
David Sibon, Tereza Coman, Julien Rossignol, Mathilde Lamarque, Olivier Kosmider, Elisa Bayard, Guillemette Fouquet, Rachel Rignault, Selin Topçu, Pierre Bonneau, Florence Bernex, Michael Dussiot, Kathy Deroy, Laetitia Laurent, Jacques Callebert, Jean-Marie Launay, Sophie Georgin-Lavialle, Geneviève Courtois, Luc Maroteaux, Cathy Vaillancourt, Michaela Fontenay, Olivier Hermine & Francine Côté

Cell Reports. 19 mars 2019, DOI:https://doi.org/10.1016/j.celrep.2019.02.071

À propos de l’AP-HP :
L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.
http://www.aphp.fr

A propos de l’Inserm :
Créé en 1964, l’Inserm est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche. Dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine, il se positionne sur l’ensemble du parcours allant du laboratoire de recherche au lit du patient. Sur la scène internationale, il est le partenaire des plus grandes institutions engagées dans les défis et progrès scientifiques de ces domaines.
https://www.inserm.fr/

A propos de l’Université Paris Descartes :
L’Université Paris Descartes, l’université des sciences de l’Homme et de la santé à Paris. Avec ses 9 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et son IUT, l’Université Paris Descartes couvre l’ensemble des connaissances en sciences de l’Homme et de la
santé. Seule université francilienne réunissant médecine, pharmacie, dentaire et maïeutique, son pôle santé est internationalement reconnu pour la qualité de ses formations et l’excellence de sa recherche.