Sélectionner une page

Le 25 septembre 2018

Une équipe menée par les Drs Maximilien Sochala et Dr Karim Wahbi, du service de cardiologie de l’hôpital Cochin, dirigé par le Pr Denis Duboc, et de l’université Paris-Descartes – Sorbonne Paris Cité, ont montré une incidence anormalement élevée de phlébites et d’embolies pulmonaires souvent fatales chez des patients atteints de Dystrophie Myotonique de Steinert (DM1), la plus fréquente des myopathies dans le monde. Ces travaux, financés par l’AFM –Téléthon, ont été publiés le 11 septembre 2018 dans la revue Circulation.

Des recherches pour mieux comprendre les mécanismes biologiques en jeu se poursuivent au sein du laboratoire d’hémostase de l’hôpital Cochin AP-HP, dirigé par le Pr Mikaela Fontenay, en collaboration avec l’équipe du Dr Denis Furling, au sein de l’Institut de myologie (Inserm/Sorbonne université) à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP.

Les patients souffrant d’une dystrophie myotonique de Steinert (DM1), la plus fréquente des myopathies, ont une espérance de vie limitée. Cette maladie génétique, qui touche une personne sur 8000 dans le monde, se caractérise par une dégénérescence progressive des cellules musculaires. Les principales causes de mortalité sont les insuffisances respiratoires,  les arrêts cardiaques et les pneumonies.

Contact :

Responsable des relations presse
Pierre-Yves CLAUSSE
01 76 53 17 98
06 51 67 84 83
Courriel: presse@parisdescartes.fr

Une équipe du service de cardiologie de l’hôpital Cochin AP-HP, dirigé par le Pr Denis Duboc, labellisé « Centre constitutif de références maladies rares » pour l’atteinte cardiaque des maladies neuromusculaires (Filière de Soins Neuromusculaire – FILNEMUS), a analysé rétrospectivement les données du Centre de Référence Nord-Est-Ile de France pour 1148 patients pris en charge entre janvier 2000 et 2015 pour une dystrophie myotonique de Steinert (DM1).

L’étude, réalisée en collaboration avec le Dr Raphaël Porcher, du Centre d’épidémiologie clinique de l’Hôtel-Dieu AP-HP, a mis en évidence une incidence sept fois plus élevée de pathologie veineuse thromboembolique (phlébites veineuses profondes et embolies pulmonaires causées par la formation de caillots dans le sang), chez un patient DM1 sur dix, comparé à la population générale.

L’équipe a également comparé les données de patients DM1 avec celles de 1662 patients atteints d’autres pathologies musculaires (dystrophinopathie, dystrophie musculaire facio scapulo humérale, myopathies des ceintures…) suivis sur la même période. Elle a ainsi pu démontrer une incidence cumulée beaucoup plus élevée de thrombophilie au sein de la population DM1.

L’activité d’un ou de plusieurs facteurs d’hémostase ou de fibrinolyse, impliqués dans la coagulation sanguine, est très probablement altérée par l’expression de la mutation du gène à l’origine de la Dystrophie myotonique de Steinert. Cette dernière modifie en effet l’expression de très nombreuses protéines.

Ces résultats pourront conduire à une prévention accrue chez les patients DM1. Ils suggèrent également de nouvelles pistes de recherche sur les mécanismes physiopathologiques à l’origine de pathologie veineuse thrombo-embolique.

L’analyse des conséquences moléculaires et des aspects plus biologiques de l’hémostase de ces patients se poursuit actuellement dans le laboratoire d’hémostase de l’hôpital Cochin AP-HP, dirigé par le Pr Mikaela Fontenay, en collaboration avec l’équipe du Dr Denis Furling, au sein de l’Institut de myologie (Inserm/Sorbonne université) à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP.

Source :
High risk of fatal and nonfatal venous thromboembolism in myotonic dystrophy
Maximilien Sochala , Raphaël Porcher , Tanya Stojkovic , Henri Marc Bécane , Anthony Béhin , Pascal Laforêt , Guillaume Bassez , Sarah Leonard-Louis , Bruno Eymard , Denis Furling , Denis Duboc , and Karim Wahbi
Originally published 10 Sep 2018 – Circulation. 2018;138:1169–1171

À propos de l’AP-HP :
L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.
http://www.aphp.fr

A propos de l’Inserm :
Créé en 1964, l’Inserm est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche. Dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine, il se positionne sur l’ensemble du parcours allant du laboratoire de recherche au lit du patient. Sur la scène internationale, il est le partenaire des plus grandes institutions engagées dans les défis et progrès scientifiques de ces domaines.
https://www.inserm.fr/

A propos de l’Université Paris Descartes :
L’Université Paris Descartes, l’université des sciences de l’Homme et de la santé à Paris. Avec ses 9 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et son IUT, l’Université Paris Descartes couvre l’ensemble des connaissances en sciences de l’Homme et de la
santé. Seule université francilienne réunissant médecine, pharmacie, dentaire et maïeutique, son pôle santé est internationalement reconnu pour la qualité de ses formations et l’excellence de sa recherche.